Inscrivez-vous à notre newsletter :

Belgique singulières / 40 ans ciné en atelier 4 avril 2017 - 4 avril 2017

En cas de dépressurisation


Le producteur Jean-Claude Batz a un jour rêvé de mettre en place « des petites communautés naturelles et autonomes mues par un projet commun, rassemblées par des affinités électives, organisées en structure légères, appuyées sur des infrastructures de production et de diffusion soutenues par l’aide publique, des communautés artisanales ouvertes et accueillantes au monde extérieur, dont la taille, petite, assurerait la vitalité, le dynamisme, la souplesse ». En un mot : les ateliers.

Leur mission commune - aider le développement, la production et la diffusion des film d’auteurs en Belgique francophone– s’organise selon trois types d’accompagnement : les ateliers créés directement au sein des écoles de cinéma (INSAS, IAD, La Cambre ou A.P.A.C.H), ceux d’accueil (CBA et WIP), chargés de coproduire des projets de films documentaires, et les ateliers de production (AJC !, Camera-etc, CVB, Dérives, Graphoui, Gsara et Zorobabel), ouverts autant aux projets de films du réel, d’animation, expérimentaux que de fiction, chacun affichant une identité propre et forte.

Plus de 40 ans après leur lancement, il est temps de mesurer l’importance des ateliers dans le paysage audiovisuel belge en revisitant leurs histoires de production, et de (re)découvrir les pépites dont ils ont permis la création.

Programmation : Pauline David et Muriel Andrin, assistées de Laure Bioules, Cannelle Grosse, Ferdinand Bouillard, Kévin Giraud-Yancy (comité de sélection).

Partenaires

Un projet à l’initiative de l’AAAPA

<p><a href="http://www.aaapa.be/" class='spip_out' rel='external'>http://www.aaapa.be/</a></p>

en collaboration avec la Cinematek

<p><a href="http://www.cinematek.be/" class='spip_url spip_out auto' rel='nofollow external'>www.cinematek.be</a></p>

4 avril 2017, 19h00

Film d’animation empreint de douce mélancolie, L’architecte sillonne les routes wallonnes sur fond de rupture. Conte chanté et dansé, Rachid et Martha relate une histoire d’amour entre une serveuse belge et un cuisinier algérien. Dans L’argent des pauvres, la réalisatrice donne la parole à sa mère et son frère, des personnes pleines de ressource qui vivent dans des conditions de vie précaires dans la région de Charleroi. Tourné dans le Hainaut également, Ovalie au pays noir est un instantané physique et puissant d’un moment charnière pour une équipe de rugby amateur. Quatre styles différents et une même ambition : raconter l’énergie singulière de la Belgique d’aujourd’hui.

La soirée sera introduite par Sebastien Andres ( A.P.A.C.H ) en présence des réalisateurs ( sous réserve )

  • L’architecte

    Un architecte et son épouse rentrent de vacances en voiture, au fil d’une route monotone. L’homme constate qu’il a oublié à l’hôtel les plans d’un projet qui lui tient fort à coeur. Sa femme tente de le raisonner. En vain, il fait demi-tour. Film (...)
  • Rachid et Martha

    Mathias Gokalp, Belgique, 1999
    Martha, une jeune femme malmenée par la vie et par les hommes, se fait embaucher comme serveuse dans un salon de thé. Elle y rencontre Rachid, le cuisinier algérien. Une comédie musicale chantée et dansée. Un film de film d’étude réalisé dans le (...)
  • L’argent des pauvres

    Charlotte Randour, Belgique, 2005
    Dans L’argent des pauvres, la réalisatrice donne la parole à sa mère et son frère, des personnes pleines de ressource et nourries de poésie qui vivent dans des conditions de vie précaires dans la région de Charleroi. Un documentaire réalisé dans le (...)
  • Ovalie au pays noir

    Nathan Van Den Berg, Belgique, 2015
    Ce documentaire retrace les moments de vie d’une équipe de rugby, avant, pendant et après le match de leur vie. Instantané physique et puissant d’un moment charnière, le film revient sur cette expérience collective et humaine qui les lie tous. Un (...)
Projection : Mixte
4 avril 2017, 21h00

Dans Max entre ciel et terre, création collective en papier mâché, le héros n’est pas un enfant comme les autres : il vit à l’envers. A l’envers, l’épouvantail du petit film d’animation Le veilleur de plume l’est aussi. Il voudrait s’envoler et rêve de se défaire de ses liens. Avec En cas de dépressurisation, la documentariste Sarah Moon Howe apporte une réponse toute personnelle et pleine d’énergie à une question douloureuse : comment tenir le coup quand on apprend le handicap de son enfant ? Trois films tendres et pleins d’humour pour parler du handicap et de la différence.

La soirée sera introduite par Jean Luc Slock ( Camera-etc ) en présence des réalisateurs ( sous réserve )

  • Max entre ciel et terre

    Atelier Camera-etc, Belgique, 2004
    Max n’est pas un enfant comme les autres : il vit à l’envers. Un film d’animation en papier mâché réalisé par un collectif d’enfants, et une jolie métaphore du handicap et de la différence. Un film réalisé dans le cadre de l’atelier Camera-etc par un (...)
  • Le veilleur de plume

    Christine Polis, Belgique, 2000
    L’épouvantail du magnifique, et très court, film d’animation Le veilleur de plume voudrait s’envoler, et rêve de se défaire de ses liens. Un film de fin d’étude réalisé dans le cadre de la Cambre.
  • En cas de dépressurisation

    Sarah Moon Howe, Belgique, 2009
    Sarah Moon Howe apporte une réponse toute personnelle et pleine d’énergie à une question douloureuse : comment tenir le coup quand on apprend le handicap de son enfant ? Elle se rappelle que les hôtesses de l’air conseillent aux parents de placer le (...)
Projection : Mixte