Inscrivez-vous à notre newsletter :

40 ans de cinéma en atelier / 9 23 mai 2017 - 23 mai 2017

Stolen art


Le producteur Jean-Claude Batz a un jour rêvé de mettre en place « des petites communautés naturelles et autonomes mues par un projet commun, rassemblées par des affinités électives, organisées en structure légères, appuyées sur des infrastructures de production et de diffusion soutenues par l’aide publique, des communautés artisanales ouvertes et accueillantes au monde extérieur, dont la taille, petite, assurerait la vitalité, le dynamisme, la souplesse ». En un mot : les ateliers.

Leur mission commune - aider le développement, la production et la diffusion des film d’auteurs en Belgique francophone– s’organise selon trois types d’accompagnement : les ateliers créés directement au sein des écoles de cinéma (INSAS, IAD, La Cambre ou A.P.A.C.H), ceux d’accueil (CBA et WIP), chargés de coproduire des projets de films documentaires, et les ateliers de production (AJC !, Camera-etc, CVB, Dérives, Graphoui, Gsara et Zorobabel), ouverts autant aux projets de films du réel, d’animation, expérimentaux que de fiction, chacun affichant une identité propre et forte.

Plus de 40 ans après leur lancement, il est temps de mesurer l’importance des ateliers dans le paysage audiovisuel belge en revisitant leurs histoires de production, et de (re)découvrir les pépites dont ils ont permis la création.

Programmation : Pauline David et Muriel Andrin, assistées de Laure Bioules, Cannelle Grosse, Ferdinand Bouillard, Kévin Giraud-Yancy (comité de sélection).

Partenaires

Un projet à l’initiative de l’AAAPA

<p><a href="http://www.aaapa.be/" class='spip_out' rel='external'>http://www.aaapa.be/</a></p>

en collaboration avec la Cinematek

<p><a href="http://www.cinematek.be/" class='spip_url spip_out auto' rel='nofollow external'>www.cinematek.be</a></p>

23 mai 2017, 19h00

Dans Tar, le jeune réalisateur joue avec l’imaginaire et les œuvres de l’artiste espagnol Fernando Arrabal. Document F098 nous présente la fascinante et tout juste retrouvée bobine de rushes tournée par un reporter de guerre russe durant l’automne-hiver 1942. Stolen Art revient sur l’histoire de Pavel Novak, qui organisa en 1978 à New York une exposition d’œuvres d’art volées (ou particulièrement bien reproduites). Ce faisant, le documentaire se penche sur la question de la valeur de l’art et de sa monétisation. Si rien n’est vrai, tout est-il pour autant permis ?

La séance sera introduite par Javier Packer-Comyn (CBA), en présence des réalisateurs ( sous réserve ).

  • Tar

    Kenny Ozier-Lafontaine, Belgique, 2015
    C’est avec ses yeux d’enfants que Fernando Arrabal se tient là, devant la porte, et nous tend la main. Comme pour nous inviter à jouer. « TAR », c’est ce mouvement, cette intuition de l’existence d’un territoire inconnu, peuplé de fantasmes, qui a amené (...)
  • Document FO98

    Atelier AJC !, Belgique, 2000
    « Le document que nous vous montrons ici est la dernière bobine tournée par le soldat (…) parti en octobre 1942, dans la région d’Aksaï, entre le Don et la Volga, en éclaireur solitaire ». Qu’est-il arrivé à ce « paysagiste de guerre » ? Document F098 (...)
  • Stolen art. Une collection particulière

    Simon Backès, Belgique, 2008
    En retraçant l’histoire de Pavel Novak, un artiste fictif qui organisa en 1978 une exposition d’art volé à New York, ce documentaire se penche sur la question de la valeur de l’art, de sa monétisation et de sa vraie nature. Quand rien n’est vrai, tout (...)
23 mai 2017, 21h00

Les cinéastes Effi Weiss et Amir Borenstein descendent le Jourdain, à la rencontre de ceux qu’ils croisent le long des berges. Deux fois le même fleuve est à la fois une traversée géopolitique de paysages mythiques et contemporains, une plongée dans l’imaginaire d’une région du monde et un voyage personnel, car les auteurs, israéliens émigrés à Bruxelles, mesurent avec ce film la distance qu’ils ont pris avec leur terre natale. Les enfants réalisateurs de La forêt tropicale, nous proposent aussi un voyage extraordinaire, dans lequel nos appartements deviennent des lieux d’exotisme absolu. Trois minutes de pur bonheur.

La séance sera introduite par l’atelier du CVB, en présence des réalisateurs ( sous réserve ).

  • La forêt tropicale

    Atelier Zorobabel, Belgique, 1996
    Dans l’appartement vide, l’imaginaire de l’enfant est roi. Cette réécriture maligne de documentaire animalier esquisse le regard de 6 enfants sur le monde et la manière avec laquelle ils se l’approprient.
  • Deux fois le même fleuve

    Effi Weiss, Amir Borenstein, Belgique, 2013
    En descendant le fleuve Jourdain, les deux réalisateurs israéliens émigrés en Belgique mesurent la distance qu’ils ont pris avec leur terre natale., Voir l’interview de Sylvain Gressier sur (...)