Inscrivez-vous à notre newsletter :

L’école, l’enjeu fondamental 11 janvier 2005 - 18 janvier 2005

Difficile de ne pas remarquer un changement dans la représentation de l’école à la télévision et au cinéma. On est passé de l’image de l’école ghetto berceau de violence, à celle, plus nostalgique de l’école idéale, franchouillarde, lieu de discipline républicaine et de valeurs morales. Il y a "Le pensionnat de Chavagnes", cette émission de télé réalité où des jeunes gens revivent pendant un mois l’école française version 1953 (avec cirage de chaussures, conseils de discipline et bonnet d’âne). Il y a ce bon Gérard Jugnot dans Les Choristes. Même Être et Avoir, documentaire de Nicolas Philibert sur une classe unique en milieu rural, a souffert de cette tendance conservatrice et doit en partie son succès à une lecture nostalgique du film.
Rares sont les documentaires qui permettent de mieux comprendre les enjeux réels de l’école... et surtout de l’école primaire. À l’école 13 est de cette trempe là. C’est un film complet, au sens où il ouvre à un décodage des enjeux fondamentaux de l’école, et ce au niveau de chacun des acteurs : parents, professeurs, direction, enfants. Il nous propose aussi un éclairage sur une multitude de questions centrales dans les relations parents-écoles.
De la difficulté pour ceux-ci de choisir une école, aux différences entre deux classes d’une même année ou des différentes approches pédagogiques de leurs enseignants. De l’investissement et du rôle du parent, au dialogue parent-enseignant autour de l’éducation de l’enfant. Ce qui est admirable avec le film c’est qu’il en profite pour démonter au passage une série clichés et d’idées reçues, sans faire l’économie de la complexité de la situation. Sa vraie force provient de sa capacité à pointer les vraies questions sans jamais créer du discours sur l’école, ou nous donner l’illusion d’une réponse. Quoi de mieux pour susciter le débat ?
Mais il ne s’agit pas pour autant d’une matière brute, dont seul le spécialiste en comprendrait les enjeux. Le film est comme un mille-feuille (une expression bien à la mode chez nous) dans lequel nous sommes libres de progresser. Il reste avant tout une magnifique aventure humaine touchante et drôle, sur l’apprentissage de l’autre ; enfants, profs, parents... et cinéaste.
A l’instar de À l’école de la Providence qui avait suscité une réflexion importante de la part des profs, d’éducateurs et de groupes de citoyens en recherche, À l’école 13 a lui aussi été très vite reconnu par des chercheurs comme pouvant dépasser le "support de débat" ou l’illustration pour réellement intégrer la matière d’une recherche et permettre ainsi de mettre en place le dialogue entre les acteurs (parents, professeurs, directions).

Pour télécharger le pdf reprenant cette programmation cliquez ici :

PDF - 410.8 ko
  • Atelier : Quand le film documentaire et le travail sociologique se rencontrent

    ,
    Une rencontre informelle au bar de l’Espace Delvaux entre chercheurs en sociologie, parents, professeurs, psys, cinéastes, autour de la question : Quand le film documentaire et le travail sociologique se rencontrent. Il s’agissait d’explorer (ou (...)
  • À l’école 13

    Gérard Preszow, Belgique, 2005
    Une école primaire dans une ville européenne d’aujourd’hui, à Bruxelles. Des enfants de toutes origines sociales et culturelles y apprennent à vivre ensemble. Ce n’est pas évident, c’est même de plus en plus compliqué dans un monde plus injuste et (...)
  • À l’école de la Providence

    Gérard Preszow, Belgique, 2000
    "C’est quoi "faire école" aujourd’hui - et en particulier dans l’enseignement professionnel et technique en milieu urbain - pour des jeunes qui, “si ça continue comme ça vont droit au mur”, et pour des adultes qui “passent plus de temps à socialiser (...)
  • Être et avoir

    Nicolas Philibert , France, 2002
    "Il existe encore, un peu partout en France, des écoles à classe unique, qui regroupent, autour du même maître ou d’une institutrice tous les enfants d’un même village, de la maternelle à la 5ème primaire. Entre repli sur soi et ouverture au (...)