Inscrivez-vous à notre newsletter :

Mai 2004 4 mai 2004 - 26 mai 2004

Mais que fait le P’tit Ciné quand le projecteur est éteint...
Depuis bientôt neuf années, le P’tit Ciné mène une des seules actions concrètes en faveur du documentaire en Communauté Française, avec la projection d’une quarantaine de films par an, le plus souvent en présence du cinéaste et accompagnés d’un débat ou d’une animation. Nous ne sommes pas une salle, ni un distributeur, mais un passeur de films. Cela peut paraître dérisoire de montrer une fois un film à un public variant de 60 à 300 personnes. Il y parfois des déceptions et des frustrations, surtout celle de ne vous montrer les films qu’une seule fois, mais souvent ces rendez-vous révèlent la magie du cinéma. Et il ne se passe pas un mois sans qu’une association, un centre culturel, un cinéma d’art et d’essai ne fasse appel à nous pour avoir les contacts pour un film et que bien vite une deuxième, troisième projection soit organisée dans d’autres lieux. Mais nous ne nous contentons pas de vous montrer le "meilleur" du moment ; nous ouvrons aussi les écrans que l’on nous prête à des œuvres plus fragiles, des premiers films. Nous sommes en fait le seul espace de diffusion, de découverte et de réflexion permanent sur le cinéma documentaire... Et chaque mois vous êtes plus nombreux à nous demander le programme.
Cette année, nous (vous) avons présenté quelques documentaires sortis en salle en France. C’est le cas d’"Histoire d’un secret", "17 ans", "No Pasaran", "Derrida", "Les Sucriers de Colleville", "De Guerre Lasses", ou le dernier film de Rithy Pahn "S21 la machine de mort Khmère" projeté le mois dernier. Que ceux qui regrettent que ces films ne soient montrés qu’une fois se consolent, certains d’entre eux vont faire l’objet d’une rediffusion pendant plusieurs semaines cet été dans le cadre de l’Écran Total. La distribution du documentaire en Belgique est une entreprise difficile et risquée. Impossible pour Le P’tit Ciné de s’y lancer seul, nous qui n’avons pas de salle à nous, des subsides culturels largement inadéquats et des forces humaines limitées.
En France, il ne se passe plus un mois sans que ne sorte en salle un ou deux documentaires, ou sans qu’ait lieu un événement autour du documentaire, de Bobigny à Tulle en passant par des réseaux de cinéma comme les Utopias, ou des projections en plein air dans les Cévennes. Mais la Belgique n’est pas la France, ni en terme de "marché culturel", ni en terme de presse, ni en terme de politique culturelle et d’équipement en matériel de diffusion numérique léger. Il reste beaucoup à faire...
Notre action ne se limite pas à ces quelques quarante séances. Quand le projecteur s’éteint, le travail redouble. Outre de la programmation pour d’autres événements, nous organisons aussi des tables rondes entre cinéastes, récoltons articles, catalogues, archives audio et autre matière à penser autour du documentaire. Nous essayons de provoquer un réel intérêt de la part de la presse pour le cinéma documentaire. Nos portes et nos armoires sont ouvertes à des jeunes cinéastes qui cherchent des conseils sur la diffusion ou de l’information sur des festivals, à des professeurs, des chercheurs, des étudiants ou au réseau associatif qui cherche à visionner des films, réécouter des débats, trouver de la documentation... Un travail dans l’ombre que nous aimerions concrétiser par la création d’un vrai centre de ressources autour du documentaire qui serait à la fois une plate-forme de réflexion, un lieu de diffusion et d’information et une bibliothèque/vidéothèque. Il reste tant à faire...

Pour télécharger le pdf reprenant cette programmation cliquez ici :

PDF - 203.6 ko
  • Un cas d’école

    Leonardo Di Costanzo, France, 2003
    Dans ce collège de Naples, des professeurs tentent d’enseigner. Pour plusieurs élèves (âgés de 13 à 15 ans), c’est visiblement sans intérêt. Les parents sont impuissants. La directrice rappelle à tous le sens d’une école pour tous. Nous sommes (...)
  • Kint, de l’autre côté

    Olga Baillif, Belgique, Suisse, 2004
    "En 1956, quelques semaines après l’écrasement de l’insurrection populaire par les Soviétiques, ma mère a quitté la Hongrie avec ses parents pour rejoindre la Suisse. Ma mère ne nous a pas appris sa langue et n’a pas beaucoup parlé de sa vie (...)
  • Le goûter de Bébé

  • Rentrée des classes

    Jacques Rozier, France, 1955
    À Correns dans le Var, le jour de la rentrée des classes. René n’a pas fait ses devoirs de vacances ; il est le seul. Par forfanterie, il jette son cartable par dessus le pont. Le cartable tombe dans la rivière, part dans le courant. Les autres (...)
  • En râchachant

    Un petit garçon têtu et sérieux comme un pape derrière de grosses lunettes de myope réalise le rêve de tous les enfants en âge d’aller à l’école primaire : celui de dire une bonne fois pour toutes "merde" au professeur et à ce qu’il (...)
  • Les enfants du musée

    Agnès Varda, France, 1966
    L’atelier de peinture, de modelage et de sculpture pour les moins de quinze ans, au Musée des Arts Décoratifs de Paris. Pierre Belvès, créateur de l’atelier, anime le travail des enfants.
  • Thursday’s children

    Lindsay Anderson, Guy Brenton, Grande Bretagne, 1957
    La rééducation des enfants sourds-muets à travers le regard sincère et humain de Lindsay Anderson. La merveille de l’univers enfantin et la captation d’un éveil physique et spirituel pris à ses sources par l’un des chefs de file du Free (...)
  • Herman Slobbe / Blind Kind II

    Johan van der Keuken, Pays-Bas, 1966
    Ce deuxième film de van der Keuken sur les enfants aveugles se concentre plus particulièrement sur un jeune garçon, Herman Slobbe, qui à l’âge de la puberté, doit se débattre avec son environnement pour se frayer un chemin. Et quand Herman se (...)