Inscrivez-vous à notre newsletter :

Peter Nestler 3 mai 2011 - 7 juin 2011

Neuf films, tous inédits en Belgique, de Peter Nestler. Explorateur continuel des rapports de l’Homme à l’Histoire, au travail et aussi au paysage dans lequel il s’inscrit, il a, sur près de 50 ans et 50 films, fait preuve de beaucoup de liberté dans sa démarche d’auteur, et bâti une oeuvre exigeante. Son travail de documentariste fait référence pour de nombreux critiques et réalisateurs, à l’instar de Jean-Marie Straub qui dès les années 60 n’hésitait pas à qualifier son ami de “cinéaste le plus important en Allemagne depuis la guerre...mis à part les gens plus âgés qui ont pu y tourner, Fritz Lang, et mis à part La Peur de Rossellini”.
De ses premiers courts métrages, poèmes en noir et blanc, dans les années 1960 (Am Siel, Aufsätze, Mülheim/Ruhr) jusqu’à son dernier film (Tod und Teufel) en 2009, nous sommes portés par la beauté des images et le respect total du cinéaste pour ceux / ce qu’il filme. Si on devait caractériser en quelques grandes lignes, forcément réductrices, le travail de Peter Nestler, on retiendrait - dans le désordre : une forte dimension pédagogique (il s’attache à nous transmettre son savoir, faits, mises en perspectives et rencontres à l’appui, comme dans Ausländer 1 : Schiffe und Kanonen, Die Nordkalotte ou Flucht), une attention portée à la parole des protagonistes, dont la voix off est le relais (Von Griechenland), ou encore l’utilisation intuitive de la musique (Mülheim/Ruhr) et de la photographie (Ein Arbeiterclub in Sheffield, Tod und Teufel).
Né en 1937 à Freiburg dans la Forêt noire, Peter Nestler a étudié la peinture aux Beaux Arts de Munich et l’imprimerie à Stuttgart, et a été tour à tour ouvrier, marin, forestier, acteur, responsable de programmes pour la télévision... peintre et cinéaste. Un parcours multiple, pour un homme qui ne lâche rien, à l’exemple de son film Von Griechenland (1965), accusé de « propagande communiste », qui lui valut de devenir à l’époque et pour quelques années persona non grata à la télévision de son pays.
Grâce à l’engagement à nos côtés du Goethe-Institut Brüssel et de l’Institut Libre Marie Haps, trois films ont été sous-titrés en français à l’occasion de cette rétrospective (Ein Arbeiterclub in Sheffield, Ausländer 1:Schiffe und Kanonen et Flucht) et sont donc pour la première fois accessibles au public francophone.

Pour télécharger le pdf reprenant cette programmation cliquez ici :

PDF - 370 ko
  • Mort et diable

    (Tod und Teufel)
    Peter Nestler, Allemagne, Suède, 2009
    “L’histoire édifiante et consternante du Comte Eric Von Rosen, explorateur, archéologue et anthropologue suédois réputé, beau-frère de Göring, soutien de la contre-révolution en Finlande et du nazisme en Allemagne, grand-père maternel du réalisateur... (...)
  • Au bord du chenal

    (Am Siel)
    Peter Nestler, Allemagne, 1962
    La voix qui parle est celle de l’eau du chenal d’un bourg d’Allemagne du nord, pour un récit à la frontière entre imaginaire et réel.
  • Rédactions

    (Aufsätze)
    Peter Nestler, Allemagne, 1963
    Les écoliers d’un village de l’Oberland bernois lisent à haute voix leurs propres rédactions : ils y racontent avec une lucidité toute enfantine le long trajet jusqu’à l’école, le lait distribué aux récréations, les bagarres dans la (...)
  • Mülheim/Ruhr

    Peter Nestler, Allemagne, 1964
    Le film voyage à travers les mines, les terrils, les dépôts, les corons et les estaminets de la ville de Mülheim, quelques années seulement après les premières fermetures de mines de la Ruhr.
  • De la Grèce

    (Von Griechenland)
    Peter Nestler, Allemagne, 1965
    En 1965, la Grèce est en proie au chaos politique, après le limogeage du libéral Papandreou élu en 1964. Le film cherche la forme qui mettra « au présent » l’histoire de la résistance grecque contre l’occupant (...)
  • Un club d’ouvriers à Sheffield

    (Ein Arbeiterclub in Sheffield)
    Peter Nestler, Allemagne, 1965
    Le portrait d’un club d’ouvriers, son fonctionnement, ses concerts de jazz, sa loterie, mais aussi la mise en images d’un travail pénible et d’une ville vivant au rythme des usines de l’industrie lourde. “Il y a des choses qui sont interdites à la (...)
  • Étrangers - Partie 1 : Navires et canons

    (Ausländer - Teil 1: Schiffe und Kanonen)
    Peter Nestler, Zsóka Nestler, Allemagne, Suède, 1977
    “Il s’agit ici d’étrangers, de navires et de canons, et comment tout cela se rejoint. (...) La déclinaison de ce motif permet d’aborder l’histoire de l’exploitation de l’Homme par l’Homme, mais aussi comment se sont développés les savoir-faire techniques (...)
  • La calotte polaire

    (Die Nordkalotte )
    Peter Nestler, Allemagne, 1971
    Parcourant le nord de l’Europe, Nestler instruit le procès de la surexploitation de la nature, de la paupérisation des populations lapones. Ce faisant, il reste toujours attentif aux traditions préservées, à l’extrême beauté des lieux et des gens, à (...)
  • Fuite

    (Flucht)
    Peter Nestler, Allemagne, 2000
    Flucht est un road-movie. Le peintre juif Leopold Mayer / Leo Maillet fuit la Gestapo et la police française de Vichy pendant la seconde guerre mondiale en se réfugiant dans le sud de la France. Son fils Daniel, peintre également, part sur ses (...)