Inscrivez-vous à notre newsletter :

Regards sur le Travail - Edition 10 7 mars 2008 - 8 mars 2008

Le travail révélé – Image documentaire et réalités professionnelles

LIP 1973-1976. Il y a trente-cinq ans débutait à la manufacture horlogère LIP de Besançon l’une des grèves ouvrières les plus emblématiques de l’après 68. Un mouvement de lutte incroyable, qui a duré plusieurs années, mobilisé des foules entières en France et en Europe, multiplié les actions illégales originales sans céder à la violence, porté la démocratie directe et l’imagination à incandescence. C’est une grève qui a bouleversé jusqu’en Belgique la manière de concevoir la lutte et porté l’espoir et les rêves de toute une génération. Nous vous avons proposons de passer deux soirées pour comprendre le mouvement LIP dans tous ses aspects, de la lutte à Besançon jusqu’aux initiatives d’autogestion qui virent le jour par la suite en Belgique.

LIP en quelques dates...
1867 : Création d’un atelier d’horlogerie à Besançon par E. Lipmann.
1954 : LIP est numéro un de l’horlogerie et fabrique aussi de l’armement et de l’équipement de précision.
Début 1973 : Premières montres à quartz françaises. La situation financière de LIP se dégrade.
Avril-Mai 1973 : Deux administrateurs provisoires sont désignés. Début de la grève. Un comité d’action se constitue.
Juin 1973 : Occupation de l’usine de Palente. La direction provisoire est séquestrée. Les travailleurs découvrent un plan de licenciement. Le stock de montres est mis à l’abri dans des caches. Début de la vente sauvage des montres. Remise en route de la production sous contrôle des travailleurs. Un slogan “C’est possible : on fabrique, on vend, on se paie”.
Août 1973 : La police investit l’usine et chasse les ouvriers. De nombreuses entreprises de la région se mettent en grève.
Septembre 1973 : La Grande marche nationale sur Besançon réunit 100.000 manifestants.
Janvier 1974 : Déblocage. Accord sur la création sans perte d’emploi de deux entreprises distinctes, l’une pour l’armement, l’autre pour l’horlogerie. Accords de Dole. Les activités horlogerie de Lip sont reprises.
Avril-Mai 1976 : Dépôt de bilan. Nouvelle occupation de l’usine. Les Lip relancent la production de montre mais sans conserver tous les emplois.
Septembre 1977 : Lip est définitivement liquidée faute de repreneurs.
Novembre 1977 : Les Lip créent six coopératives dont Les Industries de Palente, dont les initiales sonnent toujours LIP.

Une vitrine d’exposition sera à votre disposition pour tout objet, tract, photo, affiche, montre, etc, souvenir de cette lutte qui a tant marqué les esprits ici.

Pour le dépliant Regards sur le travail 2008 cliquez ici :

PDF - 89.3 ko
Programme "Regards sur le travail" - 2008
  Nouvel article N° 941 Programmation

L’affaire LIP 1973-1974

Dominique Dubosc, France, 1976

Ce film, réalisé sous le contrôle des travailleurs de LIP, raconte leur lutte de l’intérieur pendant la grève de 1973.

Festival de Cannes en 1977 dans sa version LIP ou le Goût du Collectif.

Les LIP, l’imagination au Pouvoir

Christian Rouaud, France, 2007

Ce film donne la parole aux leaders de la grève des usines Lip à Besançon en 73 : Charles Piaget, Roland Vittot, Raymond Burgy et Jean Raguenès. Analyse.

Nominé pour les César 2008 / Meilleur Film Documentaire.

LIP, puisqu’on vous dit que c’est possible

Chris Marker, France, 1973

En 1973, la société Scop Colors envoie divers caméramans et cinéastes filmer le conflit LIP à Besançon. La matière ainsi accumulée est ensuite confiée à Chris Marker qui la monte.

Fils de LIP

Thomas Faverjon, France, 2007

À 30 ans, l’âge du conflit LIP, le réalisateur revient à Besançon pour tenter de faire le bilan aujourd’hui de cette lutte ouvrière en donnant la parole à tous ceux qu’on n’a jamais entendus, les sans voix dont font partie ses parents qui vécurent la fin du conflit comme un drame douloureux et déchirant.