Inscrivez-vous à notre newsletter :

Politique frictions 2 novembre 2004 - 9 novembre 2004

Rendons à Emile...
L’histoire du cinéma est cruelle. Alors que Fahrenheit 9/11 récolte un succès public planétaire, une palme d’or et des bénéfices plantureux, tout le monde se précipite pour dire que jamais un documentaire n’avait égratigné un président américain à la veille d’une élection. C’est oublier Emile de Antonio, cinéaste américain radicalement engagé dans une critique du système politique américain de 1964 à 1989 (date de sa mort) et dont Michael Moore ne serait que le lointain héritier, tout au plus l’élève potache. Car là où l’auteur de Fahrenheit 9/11 pend Bush haut et court dans un travail propagandiste, de Antonio, plus subtil et plus politique, laisse Nixon se pendre tout seul dans Millhouse. Mais son œuvre ne s’arrête pas à ce seul film : de l’exposition de la figure ambiguë de Nixon (Millhouse) à la dénonciation de la guerre du Vietnam (In the year of the Pig) et du Mac Carthisme (Point of Order) jusqu’à l’analyse des théories relatives à l’assassinat de JFK (Rush to Judgment), c’est 25 ans de politique américaine hantée par la guerre froide que critique ce marxiste bon vivant, ami d’Andy Warhol et de Jasper Johns. Le P’tit Ciné vous propose de redécouvrir trois films majeurs de Emile de Antonio le 2 novembre, date des élections américaines. Pour compléter le programme, une rareté, L.B.J., court-métrage en forme de collage du cinéaste cubain Santiago Alvarez qui s’en prend avec virulence au président américain Lyndon Johnson. Alors si vous préférez passer votre soirée devant Fox News en attendant qu’ils terminent de recompter les voix, libre à vous, mais nous on sera au cinéma.

Le petit théâtre de la politique...
Qui n’a pas rêvé d’assister à des travaux parlementaires, de voir comment les femmes et les hommes politiques travaillent, défendent leurs idées, trouvent des compromis et parfois s’entredéchirent ou se font berner par l’adversaire ? Si la retransmission partielle de la commission Dutroux à la télévision a été une tentative de transparence du travail parlementaire (et un sauvetage de l’État), pour certains hommes politiques elle fut aussi le théâtre subtil d’une forme de séduction de l’électeur. Mais derrière cet événement exceptionnel, que savons- nous vraiment du travail politique dans son quotidien ? Peut-on filmer le politique au travail sans que le rapport à l’image ne devienne pour l’homme politique l’objet même de ce travail ? Le cinéaste suisse Jean-Stéphane Bron, n’a pas filmé la commission parlementaire en charge de l’avant-projet d’une nouvelle loi sur les manipulations génétiques. Les débats se tenaient à huis clos, il a donc attendu patiemment à la porte et en a filmé la coulisse. Le résultat est palpitant, drôle, et sans complaisance sur les limites du système. Ce film, que plus de 100.000 Suisses sont allés voir en salle se présente comme un thriller politique, une fable universelle sur le pouvoir.

Pour télécharger le pdf reprenant cette programmation cliquez ici :

PDF - 282 ko
  • Rush to Judgement : The plot to kill JFK

    Emile de Antonio, USA, 1967
    Dans ce film, de Antonio mène l’enquête sur l’assassinat du président Kennedy, dont il fut le condisciple à Harvard. Il donne à voir les faits, écoute les témoins et laisse au spectateur le soin d’être seul juge. “D’une certaine, ce film (...)
  • L.B.J

    Santiago Alvarez, Cuba, 1968
    Trois noms et trois assassinats : Luther King, Bob et John Kennedy, composent aussi les initiales du président américain Lyndon B. Johnson, responsable de l’escalade meurtrière au Vietnam. LBJ est une satire incendiaire contre le président (...)
  • Millhouse : A white comedy de Emile de Antonio

    Emile de Antonio, USA, 1971
    Réalisé durant le premier mandat de Nixon à la présidence des Etats-Unis, Millhouse retrace la carrière de Richard Nixon, de la course au Congrès en 1946 à la soirée de nouvel an à la Maison Blanche en 1970. C’est de loin le plus noir, le plus (...)
  • Vietnam, année du cochon

    (Vietnam. In the year of the pig)
    Emile de Antonio, USA, 1968
    Deux ans avant Millhouse, Emile de Antonio est le premier cinéaste américain à tenter d’expliquer les raisons profondes de la guerre au Vietnam. Se fondant sur une étude méthodique d’une quantité énorme d’images d’archives, qui remontent même (...)
  • Mais im Bundeshuus - Le Génie Helvétique

    Jean-Stéphane Bron, Suisse, 2003
    Au Palais fédéral suisse à Berne, une commission parlementaire est chargée d’élaborer une loi sur le génie génétique. L’accès est interdit au public. Les débats d’une commission doivent rester secrets. Drôle, palpitant, mais sans complaisance sur (...)