Inscrivez-vous à notre newsletter :

_Cycle 2012 0000 - 0000

26 janvier 2012, 21h00

Rencontre avec le réalisateur.

  • Tant que chanteront les constructeurs de navire (Ivresse – 1969-1986)

    (Zolang er scheepsbouwers zingen (Roes 1969-1986))
    Jan Vromman, Belgique, 1999
    « Ce sont des années merveilleuses, un monde équitable où tout serait possible, d’autres rapports sociaux notamment…L’ouvrier conscientisé ne s’oppose pas seulement au patron pour défendre ses droits mais des tensions existent aussi avec les représentants (...)
14 février 2012, 20h30
Centre culturel Espace Delvaux ( Voir les accès et tarif )

Film introduit par Rajae Essefiani, en charge des matières internationales, et notamment du monde arabe, pour le Ministre-Président de la Wallonie et de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

  • Tahrir (Place de la Libération)

    Stefano Savona, France, Italie, 2011
    Le Caire, février 2011 : sur la place Tahrir occupée jour et nuit, on résiste, on apprend à discuter et à lancer des pierres, à inventer des slogans, à défier l’armée et à préserver le territoire conquis – un espace de (...)
17 février 2012, 21h00
  • Le désenchantement

    (El desencanto)
    Jaime Chavarri, Espagne, 1975
    Sur fond de franquisme déclinant, une famille bour- geoise dont le vernis se craquelle : celle du poète phalangiste Leopoldo Panero. Entre légende et folie, la veuve du poète et ses trois fils se racontent face à la caméra avec une joyeuse et cynique (...)
6 mars 2012, 20h00
  • Octobre à Paris

    Jacques Panijel, France, 1962
    Réalisé peu après la manifestation parisienne du 17 octobre 1961 au cours de laquelle de nombreux Algériens périrent, Octobre à Paris rassemble les témoi- gnages de victimes à qui la parole n’était alors pas donnée. Un document saisissant, longtemps (...)
  • J’ai huit ans

    Yann Le Masson, France, 1961
    A partir de leurs dessins, des enfants algériens parlent de leur expérience de la guerre.
17 avril 2012, 20h00
  • Aliénations

    Malek Bensmaïl, France, 2004
    Un film au cœur d’un hôpital algérien de psychiatrie, au début des années 2000 et l’ hommage d’un fils à son père, Belkacem Bensmaïl, un des fondateurs de la psychiatrie algérienne. Une plongée dans le secteur de la santé mentale comme une façon de prendre (...)
19 avril 2012, 21h00

En présence de Stefano Savona

  • Carnets d’un combattant kurde

    Stefano Savona, France, Italie, 2006
    Akif a quitté l’Allemagne pour rejoindre la guérilla du PKK. Son groupe traverse les montagnes du Kurdistant irakien pour rejoindre les zones de combat à la frontière turque. Le groupe compte deux filles et deux garçons. Autour des feux, à la tombée (...)
20 avril 2012, 16h00

Masterclass : Stefano Savona

MASTERCLASS "Filmer l’espace politique : portrait de groupes sociaux en mouvement"

Stefano Savona est un cinéaste qui travaille à capter au plus près la vie de la cité, et les relations humaines qui la fondent. Que ce soit auprès des combattants kurdes (Carnet d’un combattant kurde – 2006), des populations de Gaza (Plomb durci – 2009) ou plus récemment aux côtés des révolutionnaires de la place Tahrir en Egypte (Tahrir, Place de la Libération – 2011), il s’attache à mettre en place les dispositifs filmiques essentiels permettant l’émergence de la parole, à donner à la personne filmée le cadre nécessaire pour dire sa propre représentation du monde. Sa réflexion sur la mise en scène de la parole s’inscrit dans une démarche politique, qui tend à interroger le fonctionnement de nos sociétés, et des communautés qui les composent.

Interviewé l’année dernière sur son film Palazzo delle Aquile (2011), magistral, Stefano Savona résumait ainsi son approche documentaire :

« Je voulais rechercher la dimension politique qui existe dans chacun de nous. Je suis convaincu que le privé ne peut pas être filmé par le documentaire, car dès que l’on est en groupe, notre discours devient politique. Je cherchais donc un milieu où l’on aurait pu étudier cette question presque comme dans un laboratoire, et je suis allé le chercher dans ma ville natale, Palerme  ». (Entretien accordé au Journal du Festival Cinéma du Réel – mars 2011).

Au-delà de ses réussites filmiques, c’est un cinéaste attentif à l’autre, qui doute, se questionne et interroge le cinéma et son propre cinéma en permanence que nous vous proposons de rencontrer. En s’appuyant sur des extraits de ses films et son expérience, nous reviendrons avec Stefano Savona sur ses pratiques et écritures documentaires, qui contribuent à faire évoluer par l’image la réflexion démocratique.

De 16h à 18h au CIVA

Une masterclass organisée en partenariat avec Zin TV et le festival Millenium

21 avril 2012, 17h00
  • Inland

    Tariq Teguia, Algérie, 2009
    Un topographe en mission dans une région de l’Ouest algérien. Le bureau d’études oranais, pour lequel il travaillait il y a encore peu, le charge des tracés d’une nouvelle ligne électrique devant alimenter des hameaux enclavés des monts Daïa, une zone (...)
21 avril 2012, 19h00
  • Rome plutôt que vous

    Tariq Teguia, Algérie, 2006
    Kamel n’a qu’un rêve : partir pour l’Europe. Et il veut emmener son amie Zina avec lui. Mais leur périple se déroule de manière inattendue et c’est finalement à quelques kilomètres de chez eux, en plein cœur d’Alger, qu’ils (...)
7 mai 2012, 19h00
  • Le nid familial

    Béla Tarr , Hongrie, 1977
    Une famille nombreuse de Hongrie vit dans un petit appartement. Chacun de ses membres rêve d’un espace impossible à acquérir en raison des loyers élevés.
Projection : 35mm
8 mai 2012, 20h30
Centre culturel Espace Delvaux ( Voir les accès et tarif )
  • Plomb durci

    Stefano Savona, Italie, 2009
    Nous sommes le 6 janvier 2009, 11ème jour de l’attaque israélienne contre la Bande de Gaza. Presque par hasard, une faille imperceptible s’ouvre dans le dispositif imperméable du poste frontalier. Quelques journalistes réussissent à passer ; parmi (...)
11 mai 2012, 19h00
  • Le joli mai

    Chris Marker, Pierre Lhomme, France, 1962
    Un mois dans une ville, mai 1962, Paris filmé au plus près du pavé et des visages par Chris Marker et son équipe. « En ce premier mois de paix depuis sept ans », car la guerre d’Algérie s’achève avec les accords d’Évian, que font, à quoi pensent les (...)
13 septembre 2012, 19h30
16 septembre 2012 - 19h30 / 21 septembre 2012 - 22h15 / 25 septembre 2012 - 17h30

Accompagné d’une rencontre avec Bénédicte Liénard.

Par ailleurs, Le P’tit Ciné s’associe au Flagey pour une rétrospective des films précédents de la réalisatrice : Une part du ciel, Têtes aux murs et Pour vivre j’ai laissé.

  • D’arbres et de charbon

    Bénédicte Liénard, Belgique, 2012
    De génération en génération, la famille de Bénédicte Liénard a pris soin d’un petit bosquet au Borinage planté sur une ancienne fosse de charbonnage désaffectée. A l’annonce de la maladie incurable de son père, pour mieux comprendre ce qui la relie à son (...)
26 septembre 2012, 19h00

En présence de Jacques Gerstenkorn, professeur en cinéma à l’université de Lyon 2 et auteur de Cinémas en campagne – de la chronique électorale à la fiction politique (2012).

  • Aux urnes, citoyens

    Edouard Brobowski, France, 1971
    En 1971, Edouard Brobowksi s’invite dans le sillage des candidats aux élections communales de la ville d’Arras, dans le nord de la France. D’un côté la majorité sortante socialiste, Guy Mollet à sa tête, maire sans interruption depuis vingt-cinq ans, de (...)
Projection : 16mm
12 octobre 2012, 20h00

Soirée exceptionnelle avec la participation de Jean-Louis Comolli et Hugues Le Paige.

12 octobre 2012, 22h00

Soirée exceptionnelle avec la participation de Jean-Louis Comolli et Hugues Le Paige.

13 octobre 2012, 20h00
20 octobre 2012 - 22h00
  • Tracking down Maggie

    Nick Broomfield, Grande-Bretagne, 1994
    Un peu à l’image d’un Avi Mograbi dressant le portrait d’Ariel Sharon ou d’un Michael Moore traquant le PDG de General Motors, le cinéaste Nick Broomfield décide de réaliser un portrait non autorisé du premier ministre ayant eu le plus long mandat de la (...)
13 octobre 2012, 22h00
20 octobre 2012 - 20h00
  • Frost/Nixon

    Ron Howard, Etat-Unis, 2008
    En 1974, le président américain Richard Nixon est contraint de démissionner suite à l’affaire du Watergate. Quelques années plus tard, un jeune journaliste britannique, David Frost, se lance dans une entrepri- se folle : décrocher la première (...)
Projection : 35mm
14 octobre 2012, 18h00

Soirée exceptionnelle avec la participation de Thierry Odeyn, Rajae Essefiani et Frédéric Fichefet.

19 octobre 2012, 20h00

Projection suivie d’une rencontre avec Hugues Le Paige.

  • Le prince et son image

    Hugues Le Paige, Belgique, 2011
    Quand on filme un homme de pouvoir dans la proximité et la durée, qui est le véritable metteur en scène ? C’est la question que s’est posée Hugues Lepaige en visionnant vingt ans plus tard, les rushes des cinq films qu’il a tournés entre 1989 et 1993 (...)
21 octobre 2012, 18h00

Projection suivie d’une rencontre avec Stefano Savona.

  • Palazzo delle Aquile

    Chronique quotidienne de l’occupation de l’Hôtel de Ville de Palerme par vingt familles sans abri. Tout en dressant le portrait d’une institution publique dans des circonstances exceptionnelles, c’est aussi l’occasion de mettre en lumière les (...)
21 octobre 2012, 22h00
  • Main basse sur la ville

    Francesco Rosi, Italie, 1963
    Mené à un rythme haletant, comme le récit d’une investigation sur fond de campagne électorale, Main basse sur la ville est un film sans concession qui dresse un constat implacable sur l’urbanisme, le clientélisme et la collusion entre le monde des (...)
Projection : 35mm
25 octobre 2012, 19h00
  • Place de la République

    Louis Malle, france, 1974
    Place de la République s’inscrit dans la lignée du cinéma direct inauguré en France par Chronique d’un été. La caméra à l’épaule, le cinéaste descend dans la rue, observe et engage la conversation avec les passants. Ici des inconnus s’emparent de l’espace de (...)
Projection : 16mm
7 décembre 2012, 20h00

Début des années 60. Aux admirables essais sociologiques de Christian Doermer (Granstein), Pitt Koch (Kurzportrait einer Landschaft) et Hans Rolf Strobel (Notizen aus dem Altmühltal), qui s’attachent à l’Allemagne laissée de côté par le miracle économique mais pas exempte de rire et sourire, répondent trois regards sur les traces d’un passé nauséabond pas si lointain : le court métrage coup de poing d’Alexander Kluge (Brutalität in Stein) sur les délires architecturaux du IIIème Reich, le film d’animation multi-récompensé Das Unkraut, dans lequel une "mauvaise herbe" envahit la ville, et le documentaire narquois de Walter Krüttner au titre évocateur (Es muss ein stück vom Hitler sein). Attention chef d’oeuvre !

Des propositions cinématographiques pleines de malice qui dressent en creux le portrait d’une société se relevant avec peine de la guerre et des idées qui l’avaient amenée.

Séance en présence de Christian Doermer, signataire, acteur (Das Brot der frühen Jahre) et réalisateur (Granstein).

  • Granstein

    Christian Doermer, Allemagne, 1965
    Entre Dorothy Lange et Walker Evans, une photographie réaliste et sensible de l’Allemagne de 1965.
  • Brutalité pétrifiée

    (Brutalität in Stein )
    Alexander Kluge, Allemagne, 1960
    Brutalität in Stein est le premier film d’Alexander Kluge. O tempora, o mores… Une plongée dans les origines du délire architectural du IIIème Reich.
  • Bref portrait d’un paysage

    (Kurzportrait einer Landschaft)
    Pitt Koch, Allemagne, 1964
    Une région juste à côté des Hautes Fagnes – mais côté allemand. Si loin si proche, la proximité géographique n’exclue pas l’exotisme total.
  • La mauvaise herbe

    (Das Unkraut )
    Wolfgand Urchs, Allemagne, 1962
    Une ville envahie par des chardons, des habitants ayant décidé de se défaire de toute responsabilité. Ça donne un film d’animation multi-récompensé.
  • Quelques notes à propos de la vallée d’Altmühl

    (Notizen aus dem Altmühltal)
    Hans Rolf Strobel, Allemagne, 1961
    Essai sociologique sur une région bavaroise laissée de côté par le miracle économique.
  • Ça doit être un morceau d’Hitler

    (Es muss ein Stück vom Hitler sein)
    Walter Krüttner, Allemagne, 1963
    Montez dans l’autocar, bonnes gens, et partons visiter le château où vécurent Hitler et Eva Braun. Hallucinant et brillant documentaire.
Projection : 35mm
7 décembre 2012, 22h00

En plus de 50 films, Alexander Kluge n’a cessé d’explorer d’une manière extrêmement inventive les liens entre documentaire et fiction. Les trois portraits présentés ici, qui da- tent tous de la fin des années 1960, n’y font pas exception.

Projection : 16mm
8 décembre 2012, 19h00

Une sélection de films comme autant d’invitations au voyage. Ici, la caméra nous entraîne aux côtés d’ouvriers, superbement filmés, travaillant dans de grandes salines méditerranéennes (Salinas), de pêcheurs désœuvrés en pleine morte saison en Italie (Süden im Schatten) ou accompagne Max Ernst pour un brin de chemin (Die widerrechtliche Ausübung der Astronomie). Là elle danse sur les pistes des hippodromes (Trab Trab) ou au son de la bande magnétique (Das magische Band) avec autant de malice surréaliste.

Au programme de cette soirée : expérimentations formelles et sonores, mêlant grâce documentaire et animation, portées notamment par la musique du seul compositeur signataire du Manifeste, Hans Loeper (Salinas, Trab Trab, Süden im Schatten).

  • Salinas

    Raimond Ruehl, Allemagne, 1959
    La récolte dans une grande saline de la Méditerranée, portée par les compositions sonores d’Hans Loeper. Et une question : un homme est-il seulement un corps au travail ?
  • L’exercice illégal de l’astronomie

    (Die widerrechtliche Ausübung der Astro- nomie)
    Peter Schamoni, Allemagne, 1967
    Un double hommage à Max Ernst et à l’astronome E.W.L Tempel que le peintre admirait et auquel il consacra un livre.
  • Trab Trab

    Detten Schleiermacher, Allemagne, 1959
    Trab Trab s’essaie avec un sourire malicieux à une synthèse entre le dadaïsme et une nouvelle objectivité. Au son, toujours Hans Loeper.
  • Le sud à l’ombre

    (Süden im Schatten)
    Franz-Josef Spieker, Allemagne, 1962
    L’hiver sur la côte italienne : les hôtels sont vides. Les affaires ne reprendront que dans six mois. Il faut quand même vivre pendant ce temps, on se débrouille. Au son ? Loeper !
  • Le ruban magique

    (Das Magische Band)
    Ferdinand Khittl, Allemagne, 1959
    Avec une manière bien à lui de mixer animation et documentaire, Khittl revient sur les origines de la bande magnétique.
Projection : 35mm
8 décembre 2012, 21h00

Focus sur Michael Klöfkorn et Rainer Komers, tous deux déjà primés au festival d’Oberhausen, et dont la réputation a dépassé les frontières de leur pays. Films d’animation marquant par leur virtuosité technique, mais qui jamais ne sont dépourvus d’âme en ce qui concerne Michael Klöfkorn et le travail documentaire qui évoque les mouvements cinématographiques d’avant-garde pour Rainer Komers.

Séance en présence des réalisateurs

Projection : Mixte
9 décembre 2012, 17h00

Au travers de huit courts métrages, devenus au fil du temps des vrais classiques et réunis ici par l’équipe du festival d’Oberhausen, nous traversons une histoire du cinéma d’animation où le politique se confronte à des approches assurément surréalistes.

Projection : 35mm
9 décembre 2012, 19h00

Poursuite du focus sur Rainer Komer.

En présence du réalisateur.

  • Nome Road System

    Rainer Komers, Allemagne, 2004
    Nome, à l’extrême pointe Ouest de l’Alaska, est une petite ville (moins de 4000 habitants) créée en pleine période de la ruée vers l’or. Une route la relie à quelques autres lieux isolés, pour le reste il n’ y a que la toundra arctique. Au travers de ce (...)
  • Milltown, Montana

    Rainer Komers, Allemagne, 2009
    Milltown, dans l’Ouest de l’état du Montana, a été une des plus larges et riches régions minières des États-Unis. Aujourd’hui les terres y sont contaminées par toutes sortes de substances toxiques et le paysage est marqué par les stigmates d’une (...)
Projection : 35mm
9 décembre 2012, 21h00

En présence du réalisateur.

  • Nice Movie

    Carsten Aschmann, Allemagne, 2008
    Adoptant la forme du journal-filmé, Nice Movie est un film au ton bien décalé qui critique sans détour l’attitude voyeuriste qui souvent va de pair avec le tourisme faussement exotique.
  • Gas Avalon

    Carsten Aschmann, Allemagne, 2011
    Nous sommes dans le monde de Gas Avalon, où les repères au temps et à l’espace sont différents des nôtres. Fiction, réalité ? On est face à un univers décalé et indéfinissable, qui par moments nous rappelle ceux de David (...)
  • Ketamine - behind the light

    (Ketamin - Hinter dem Licht)
    Carsten Aschmann, Allemagne, 2009
    "Quelle route ai-je choisie ?" demande une voix. "Notre Terre est magnifique", répond un vieil homme du fond du néant. Un voyage grisant dans la vie et la mort.
  • Waterscope

    Carsten Aschmann, Allemagne, 2012
    Écologie, technologie, économie, histoire, science... "Waterscope" est une sorte de traité filmique sur l’eau. À ceci près que les films de Carsten Aschmann revêtent toujours une dimension artistique hors du commun, et "Waterscope" encore une fois le (...)
Projection : 35mm
11 décembre 2012, 20h30
Centre culturel Espace Delvaux ( Voir les accès et tarif )

Le cinéma et les expérimentations graphiques pour dire tout le malaise d’une société allemande tournée vers l’avenir mais encore très marquée par son passé.

Aux films à portée documentaire - de Kluge, sur un officier de police au service de son pays depuis l’Empire (Porträt einer Bewährung) ou de Haro Senft qui rassemble dans Parolen und Signale les affiches de la République de Weimar - répondent les questionnements existentialistes des artistes Jan Lenica et Vlado Kristl. Même quand les réalisateurs rendent compte de la modernité en marche, leurs propositions ne sont pas sans évoquer un désarroi certain face ces évolutions ! Le ballet technologique Kommunikation (Edgar Reitz), supra inventive version sixties de Nightmail portée par la musique de Josef Anton Riedl, en est un délicieux exemple.

Une période entre chien et loup, à l’image de Schatten (Hans Jürgen Pohland), chorégraphie cinématographique joyeuse et jazzy qui ne parle que d’ombres...

Séance en présence de Hans Jürgen Pohland, signataire, réalisateur (Katz und Maus, Schatten...) et producteur (Das Brot der frühen Jahre...).

  • Ombres

    (Schatten)
    Hans Jürgen Pohland, Allemagne, 1960
  • Portrait d’un opportuniste

    (Porträt einer Bewährung)
    Alexander Kluge, Allemagne, 1964
    Histoire de l’ex-policier Müller-Seegeberg, qui a servi six gouvernements différents avec loyauté, en démontrant constamment qu’il était quelqu’un de fiable.
  • Affiches de la République de Weimar

    (Plakate der Weimarer Republik - Parolen und Signal)
    Haro Senft, Allemagne, 1962
    Ce film est un montage d’environ 180 affiches politiques et de documents d’archives d’actualité couvrant la période de 1918-1933.
  • A

    Jan Lenica, Allemagne, 1965
    Un écrivain tourmenté par une géante lettre "A". Et lorsqu’il se libère de cette lettre c’est pour rencontrer "B".
  • Kommunikation

    Edgar Reitz, Allemagne, 1961
Projection : 35mm
12 décembre 2012, 19h00

Séance en présence de Hans Jürgen Pohland, signataire, réalisateur (Katz und Maus, Schatten...) et producteur (Das Brot der frühen Jahre...).

  • Chat et Souris

    (Katz und Maus)
    Hans Jürgen Pohland, Allemagne, 1967
    Dantzig en temps de guerre. Le passage à l’âge adulte d’un jeune homme qui cache ses complexes par des actions d’éclat, tel ce vol à un ancien combattant de sa croix de fer, la plus haute distinction de l’armée nazie. Adaptation cinématographique (...)
Projection : 35mm
14 décembre 2012, 20h00

La troisième édition du festival de films expérimentaux Exprmntl a lieu à Knokke-le-Zoute en 1963. Die Parallelstrasse, de Ferdinand Khittl, obtient Le Grand Prix. Fait exceptionnel puisque c’est le premier long métrage allemand à être primé dans un festi- val international depuis la fin de la guerre ! D’autres signataires y montrent également leurs films en compétition, ou en présélection. Nous vous les montrons ici, avec, en supplément, le film d’animation de Walerian Borowczyk (Renaissance), qui passera d’ailleurs un an plus tard à Oberhausen.

Séance introduite par Xavier Garcia Bardon, programmateur de cinéma expérimental et auteur de Exprmntl. Festival hors normes. Knokke 1963, 1967, 1974, Revue Belge du Cinéma, 43 (Décembre 2002).

Projection : Mixte
14 décembre 2012, 22h00

A la suite du refus de Machorka-Muff en 1963 au festival d’Oberhausen, Jean-Marie Straub avait distribué des tracts dénonçant “le manque d’intérêt pour la démocratie” de la part du festival. En 1965, Straub prit à nouveau position en protestant contre le fait que des films “dont les réalisateurs avaient osé respecter le réel” avaient été refusés.
Il organisa une séance parallèle à minuit avec quatre de ces films : trois de Peter Nestler et le premier film de l’équipe Thome-Lemke-Zihlmann. Nous vous la présentons.

  • La réconciliation

    (Die Versöhnung)
    Rudolf Thome, Allemagne, 1964
  • Rédactions

    (Aufsätze)
    Peter Nestler, Allemagne, 1963
    Les écoliers d’un village de l’Oberland bernois lisent à haute voix leurs propres rédactions : ils y racontent avec une lucidité toute enfantine le long trajet jusqu’à l’école, le lait distribué aux récréations, les bagarres dans la (...)
  • Mülheim/Ruhr

    Peter Nestler, Allemagne, 1964
    Le film voyage à travers les mines, les terrils, les dépôts, les corons et les estaminets de la ville de Mülheim, quelques années seulement après les premières fermetures de mines de la Ruhr.
  • Un village change de visage

    (Ödenwaldstetten, ein Dorf verändert sein Gesicht)
    Peter Nestler, Allemagne, 1964
Projection : Mixte
16 décembre 2012, 21h30
  • La route parallèle

    (Die Parallelstrasse )
    Ferdinand Khittl, Allemagne, 1961
    Cinq membres d’une « société » fictive doivent classer l’ensemble des documents laissés en testament par un défunt énigmatique, leur trouver un ordre et donc un sens. Un ingénieux parcours spéculatif, dans ce film d’anti récit méconnu, qui suscita pourtant (...)
Projection : 35mm
19 décembre 2012, 19h15
  • Le pain des jeunes années

    (Das Brot der frühen Jahre)
    Herbert Vesely, Allemagne, 1962
    Porté par Christian Doermer, acteur principal de ce film, produit par Hans Jürgen Pohland, et réalisé hors des sentiers battus par Herbert Vesely, précurseur du cinéma libre en Allemagne de l’Ouest, Das Brot der frühen Jahre raconte l’histoire d’un (...)
Projection : 35mm
20 décembre 2012, 21h15
  • Anita G

    (Abschied von Gestern)
    Alexander Kluge, Allemagne, 1966
    Anita G., 22 ans, sans emploi et sans domicile fixe, récemment passée de l’Est à l’Ouest, est condamnée à une brève peine de prison pour avoir volé une veste dans un magasin. A sa remise en liberté conditionnelle elle tente avec grande difficulté à (...)
Projection : 35mm
26 décembre 2012, 21h00
  • La luxure

    (Mahlzeiten)
    Edgar Reitz, Allemagne, 1967
    Malhzeiten, dont la traduction littérale signifie “Repas” et qui fut traduit en français par “La luxure”, est le portrait sans illusion de la relation amoureuse d’un jeune couple, des premiers émois à son terme. Un long métrage très remarqué, Lion (...)
Projection : 35mm
27 décembre 2012, 20h00
29 décembre 2012 - 18h00
  • Le cours des choses

    (Der sanfte Lauf)
    Haro Senft, Allemagne, 1967
    Premier rôle au cinéma de Bruno Ganz, Der sanfte Lauf nous conte le parcours de compromis d’un étudiant plein de ressentiment à l’égard des générations précédentes. Jusqu’à ce qu’il tombe amoureux de la fille de son employeur. Un film à la mise en scène (...)
Projection : 35mm