Inscrivez-vous à notre newsletter :

Cycles 2017 0000 - 0000

25 mars 2017, 15h00

Masterclass : le cinéma en atelier, mille façons de réécrire l’Histoire

Une conférence donnée par Muriel Andrin (ULB).

Plus de 40 ans après leur lancement, il est temps de mesurer l’importance des ateliers dans le paysage audiovisuel belge en revisitant leurs histoires de production, et de (re)découvrir les pépites dont ils ont permis la création. Des films inscrits dans leurs temps, souvent politiques, marqués par des thématiques sociales fortes et une joyeuse audace cinématographique. S’il est une ligne de force commune aux ateliers, c’est sûrement cette faculté à être des lieux d’accueil et d’accompagnement pour des auteurs attentifs aux évolutions du monde, sans limitation de formes et d’approches, qui justement font la richesse du cinéma.

Muriel Andrin est Docteure en cinéma et professeure dans la filière Ecriture et analyse cinématographiques — Master en arts du spectacle, de l’ULB. Son ouvrage Maléfiques. Le Mélodrame filmique américain et ses héroïnes (1940-1953) est paru en 2005 aux Éditions Peter Lang.

La conférence sera suivie, à 17h30, de la présentation du cycle "40 ans de cinéma en atelier" programmé à la Cinematek, et du site internet qui y est associé.

25 mars 2017, 19h00

La séance d’ouverture du cycle « 40 ans de cinéma en atelier » propose un panorama de la diversité et de la complémentarité du travail des différents types d’ateliers. Dans Les dauphines (Media Diffusion, IAD), une mère projette son besoin de réussite sur sa fille. Coproduit par Zorobabel et Camera-etc, Le marcheur raconte l’histoire d’un homme saturé par son travail abject, qui rejoint un campement d’indignés. Sélectionné aux récents festivals de Rotterdam et du Réel (Paris), Boli Bana, premier documentaire du jeune réalisateur sorti de l’INSAS Simon Gillard, une production soutenue par le WIP et le CBA, dessine l’histoire d’un monde nomade, mystique et quotidien, au Burkina Faso.

  • Les dauphines

    Juliette Klinke, Belgique, 2016
    Béa, sans emploi, sous-loue son appartement pour finir les fin de mois. Ce week-end elle emmène ses deux filles à un concours de miss auquel la plus jeune participe. Béa va alors projeter son besoin de réussite sur sa fille à travers ce concours. Un (...)
  • Le marcheur

    Frédéric Hainaut, Belgique, 2017
    Le marcheur travaille dans une usine aviaire. Il considère ses conditions de travail abjectes. Il sature, il pète les plombs. Malgré lui, il trouve refuge parmi les indignés. Suite à une manifestation qui tourne mal, il se lie avec Miguel. Couché (...)
  • Boli Bana

    Simon Gillard, Belgique, 2016
    Boli Bana : le chemin s’arrête ici en langage peulh. Pour les jeunes Ama et Aissita le chemin commence là, dans le village de Boli Bana. A travers leurs yeux se dessine l’histoire d’un monde nomade, mystique et quotidien. Une enfance peulhe au (...)
28 mars 2017, 19h00

La ville de Bruxelles est le personnage principal de cette séance : décor expressif et évocateur dans la comédie burlesque Deux ramoneurs chez une cantatrice, elle est aussi le point de rencontre des personnages de Je suis votre voisin, documentaire tourné à Ixelles, et le point de départ du voyage malicieux proposé D’une rue à l’autre par des jeunes de Bruxelles, Tunis et Dakar...Trois films qui posent des regards amusés sur la ville et sur le rapport étroit que nous entretenons avec celle-ci.

Cette séance est introduite par Aline Moens ( Atelier Graphoui ) et les réalisateurs des films présentés ( sous réserve )

  • Je suis votre voisin

    Karine de Villers et Thomas de Thier habitent une petite rue au cœur de Bruxelles, dans le quartier d’Ixelles. Ils ont filmé leurs voisins sur le seuil de leur maison en les interrogeant sur la rue et la vie. Cette galerie de portraits, réalisée de (...)
  • D’une rue à l’autre

    Aline Moens, Belgique, 2000
    Des jeunes parcourent leur ville. D’une rue à l’autre, c’est une autre vie. Les enfants des villes prennent la parole, le cinéma et s’approprient le tout en des jeux et des réflexions sur leur ville et sur leur quartier. Tu suis quelqu’un dans la ville (...)
  • Deux ramoneurs chez une cantatrice

    Michel Cauléa, Belgique, 1994
    Deux ramoneurs maladroits sont chargés de nettoyer la cheminée d’une cantatrice déterminée en pleine répétition. Un film de fiction burlesque sur les toits et au coeur de la ville de Bruxelles. Un film réalisé au sein de l’atelier (...)
Projection : Mixte
28 mars 2017, 21h00

Un chauffeur de taxi iranien nous guide dans un voyage au coeur de Bruxelles. Our City est un collage subjectif qui révèle à l’écran un espace urbain et humain à l’identité complexe et aux communautés multiples. Un portrait kaléidoscopique de la capitale précédé par le poétique film d’animation Train Train Medina, dans lequel le réalisateur sénégalais Mohamadou Ndoye nous offre sa vision de la ville, avec pour seuls matériaux du papier découpé et du sable.

Cette séance est accompagnée par Maria Tarantino et Olivier Burlet (atelier GSARA).

  • Train Train Medina

    Mohamadou Ndoye, Belgique, 2000
    Le sable de la plage pour construire sa maison. Une Medina s’érige et tout se mêle. Les énergies de communication, la convivialité entre habitants...bientôt à la merci du tohu-bohu et de la cohue. Un jour, tout s’effondre. Le réalisateur sénégalais (...)
  • Our city

    Maria Tarantino, Belgique, 2014
    Un chauffeur de taxi iranien nous guide dans un voyage au coeur de Bruxelles. Nous partons à la découverte d’une ville d’expatriés, réfugiés politiques, immigrés, étudiants et navetteurs. Our City est un portrait kaléidoscopique de Bruxelles, un collage (...)
4 avril 2017, 19h00

Film d’animation empreint de douce mélancolie, L’architecte sillonne les routes wallonnes sur fond de rupture. Conte chanté et dansé, Rachid et Martha relate une histoire d’amour entre une serveuse belge et un cuisinier algérien. Dans L’argent des pauvres, la réalisatrice donne la parole à sa mère et son frère, des personnes pleines de ressource qui vivent dans des conditions de vie précaires dans la région de Charleroi. Tourné dans le Hainaut également, Ovalie au pays noir est un instantané physique et puissant d’un moment charnière pour une équipe de rugby amateur. Quatre styles différents et une même ambition : raconter l’énergie singulière de la Belgique d’aujourd’hui.

La soirée sera introduite par Sebastien Andres ( A.P.A.C.H ) en présence des réalisateurs ( sous réserve )

  • L’architecte

    Un architecte et son épouse rentrent de vacances en voiture, au fil d’une route monotone. L’homme constate qu’il a oublié à l’hôtel les plans d’un projet qui lui tient fort à coeur. Sa femme tente de le raisonner. En vain, il fait demi-tour. Film (...)
  • Rachid et Martha

    Mathias Gokalp, Belgique, 1999
    Martha, une jeune femme malmenée par la vie et par les hommes, se fait embaucher comme serveuse dans un salon de thé. Elle y rencontre Rachid, le cuisinier algérien. Une comédie musicale chantée et dansée. Un film de film d’étude réalisé dans le (...)
  • L’argent des pauvres

    Charlotte Randour, Belgique, 2005
    Dans L’argent des pauvres, la réalisatrice donne la parole à sa mère et son frère, des personnes pleines de ressource et nourries de poésie qui vivent dans des conditions de vie précaires dans la région de Charleroi. Un documentaire réalisé dans le (...)
  • Ovalie au pays noir

    Nathan Van Den Berg, Belgique, 2015
    Ce documentaire retrace les moments de vie d’une équipe de rugby, avant, pendant et après le match de leur vie. Instantané physique et puissant d’un moment charnière, le film revient sur cette expérience collective et humaine qui les lie tous. Un (...)
Projection : Mixte
4 avril 2017, 21h00

Dans Max entre ciel et terre, création collective en papier mâché, le héros n’est pas un enfant comme les autres : il vit à l’envers. A l’envers, l’épouvantail du petit film d’animation Le veilleur de plume l’est aussi. Il voudrait s’envoler et rêve de se défaire de ses liens. Avec En cas de dépressurisation, la documentariste Sarah Moon Howe apporte une réponse toute personnelle et pleine d’énergie à une question douloureuse : comment tenir le coup quand on apprend le handicap de son enfant ? Trois films tendres et pleins d’humour pour parler du handicap et de la différence.

La soirée sera introduite par Jean Luc Slock ( Camera-etc ) en présence des réalisateurs ( sous réserve )

  • Max entre ciel et terre

    Atelier Camera-etc, Belgique, 2004
    Max n’est pas un enfant comme les autres : il vit à l’envers. Un film d’animation en papier mâché réalisé par un collectif d’enfants, et une jolie métaphore du handicap et de la différence. Un film réalisé dans le cadre de l’atelier Camera-etc par un (...)
  • Le veilleur de plume

    Christine Polis, Belgique, 2000
    L’épouvantail du magnifique, et très court, film d’animation Le veilleur de plume voudrait s’envoler, et rêve de se défaire de ses liens. Un film de fin d’étude réalisé dans le cadre de la Cambre.
  • En cas de dépressurisation

    Sarah Moon Howe, Belgique, 2009
    Sarah Moon Howe apporte une réponse toute personnelle et pleine d’énergie à une question douloureuse : comment tenir le coup quand on apprend le handicap de son enfant ? Elle se rappelle que les hôtesses de l’air conseillent aux parents de placer le (...)
Projection : Mixte
11 avril 2017, 19h00

Des garçons, des filles, de l’amour et de la jalousie, du sexe et des fantasmes et surtout des questions posées sur le genre… 6 courts métrages de réalisatrices qui font tout autant appel à l’animation (69 secondes, Toutes nuancées, Poils, Si j’étais un homme), au documentaire (XY) ou à la fiction (Pour toi je ferai bataille) pour nous offrir un aperçu coloré de la complexité de l’identité sexuelle et des relations entre les hommes et les femmes, entre les femmes et les femmes, et Caniche, qui joue avec une phrase de Céline : « L’amour, c’est l’infini mis à la portée des caniches ».

La soirée sera introduite par Vincent Gilot (atelier de production de la Cambre), en présence des réalisateurs ( sous réserve )

  • 69 secondes

    Laura Nicolas, Belgique, 2016
    69 secondes de plaisirs charnels. Un film de fin d’étude réalisé dans le cadre de la Cambre.
  • XY

    Justine Gramme, Belgique, 2016
    Différents jeunes hommes. Différentes questions. Différentes visions de la femme. Et la force de l’habitude. Une jeune réalisatrice se confronte au regard masculin sur son genre et nous propose, avec XY, un documentaire destabilisant. Un film de (...)
  • Si j’étais un homme

    Margot Reumont, Belgique, 2012
    Et si j’étais un homme ? Des jeunes femmes s’imaginent au masculin alors que l’animation de Margot Reumont vient mettre en images et en lumière leurs témoignages. Un film de fin d’étude réalisé dans le cadre de la Cambre. Lire la critique d’Edith (...)
  • Caniche

    Noémie Marsily, Carl Roosens, Belgique, 2010
    Un caniche isolé dans une plaine déserté tombe amoureux d’un coiffeur-tombeur tout juste installé en face de sa maison. Il se met alors en tête de conquérir son coeur et d’aller se frotter à sa paire de ciseaux. "L’amour, c’est l’infini mis à la portée (...)
  • Poils

    Delphine Hermans, Belgique, 2014
    Séductions, déceptions, fantasmes… Un portrait jouissif de la pilosité amoureuse en un petit film d’animation tout en couleurs. Un film d’animation réalisé au sein de l’atelier Camera-etc Lire la critique du Nastasja Caneve sur (...)
  • Pour toi je ferai bataille

    Rachel Lang, Belgique, 2011
    Ana ne sait plus où elle en est. Elle fait le choix de lutter à sa manière et trouve dans la discipline, dans l’aliénation même, une béquille pour être au monde. A l’armée tu n’es qu’un corps docile. Enfin on te dit qui tu es, pourquoi tu es là, ce que tu (...)
  • Toutes nuancées

    Chloé Alliez, Belgique, 2015
    Mais pourquoi donc aimons-nous les femmes ? Un film de fin d’étude réalisé dans le cadre de la Cambre. Lire la critique de Sarah Pialeprat sur Cinergie.be
Projection : Mixte
11 avril 2017, 21h00

En travaillant les potentialités du film animé, les 10 courts métrages de cette séance proposent une représentation pour le moins organique de ce que peut être l’enfermement, sous ses formes multiples, qu’il soit politique, social ou lié à des souffrances personnelles. Avec l’animation, l’Homme est ici poussé vers ses limites et ses retranchements ; mais grâce à elle, il peut aussi s’échapper et se libérer de l’immobilité. Une véritable représentation des pouvoirs magiques de l’animation.

La soirée sera introduite par William Henne ( Zorobabel ), en présence des réalisateurs ( sous réserve )

  • Lionneries

    Patrick Theunen, Belgique, 1982
    L’histoire d’un lion qui ne peut s’empêcher d’avaler ses dompteurs au moment crucial du spectacle. Menacé d’être renvoyé dans la jungle, il demande aux animaux du cirque de lui proposer un nouveau numéro et lui permettre ainsi de rester. Un film (...)
  • La boite à sardines

    Louise-Marie Colon, Belgique, 2011
    Eva est une toute petite sirène qui n’attire aucun marin. Elle se mêle aux filets d’Emile, un pêcheur célibataire, dans l’espoir de conquérir son coeur. Une histoire douce amère à l’odeur de sardine. Un film d’animation réalisé au sein de l’atelier (...)
  • Dans la joie et la bonne humeur

    Jeanne Boukraa, Belgique, 2014
    Expérimentations autour du corps humain et de ses accointances avec la méduse. Un film d’animation de fin d’étude réalisé à la Cambre.
  • The world welcomes fame

    Alexis Burlat, Belgique, 2015
    Un cube, et tout ce qu’il est possible de faire avec un cube. Un film d’animation de fin d’étude réalisé à la Cambre.
  • Le drapeau

    Olivier Navez, Belgique, 1997
    Un candidat borné, accompagné de ses sous-fifres, part en campagne électorale. Au cours d’un meeting musclé, un public inconscient et docile est prêt à adhérer aux thèses démagogiques de l’orateur… Quand l’animation vient réveiller l’histoire politique. (...)
  • Kijé

    Joanna Lhoro, Belgique, 2014
    Au crépuscule, alors que la ville se fige et sombre dans le silence, un homme se retrouve malgré lui pris dans une célébration étrange. Envoutant. Un film réalisé en coproduction avec les ateliers Zorobabel et (...)
  • Cases ou je ne suis pas un monstre

    Hannah Letaïf, Belgique, 2011
    « Cherche : Hommes et femmes d’âge moyen ; Bulbe d’espèce végétale pour expérimentation. » Retranché dans des cases, l’être humain explore ses limites physiques grâce aux pouvoirs de l’animation. Un film d’animation de fin d’étude réalisé à la (...)
  • Le labyrinthe

    Mathieu Labaye, Belgique, 2013
    6m² pour vivre… Une représentation puissante et organique de la vie en cellule à travers l’animation de Mathieu Labaye. Un film réalisé au sein de l’atelier Camera-etc, en coproduction avec le (...)
  • Les arbres naissent sous terre

    Manon Brûlé, Sarah Brûlé, Belgique, 2010
    Comment vivre et représenter ce moment si complexe qui suit la mort d’un être cher ? Manon et Sarah Brûlé nous offrent leur image et leur réponse à la question du deuil, en un film d’animation intime. Un film d’animation de fin d’étude réalisé à la (...)
  • Orgesticulanismus

    Mathieu Labaye, Belgique, 2008
    « C’est par le mouvement qu’on s’approprie sa propre vie. Par la liberté d’aller, de venir, d’avoir des gestes d’amour, de colère, peu importe. Quand on est privé du mouvement comme je le suis, si on veut survivre, il faut réinventer le mouvement (...)
Projection : Mixte
18 avril 2017, 19h00

Pour cette séance, les réalisatrices se font personnages et nous offrent deux films documentaires qui mettent en jeu les notions de représentations : celles des patronnes et des employées pour Inès Rabadan, dans son film sur le travail ménager à domicile Karaoké Domestique, celle d’un professeur de langue et de son élève sur fond de révolution islamique iranienne pour Sanaz Azari avec I comme Iran. Deux films très différents en apparence mais dont les jeux filmiques et la fine intelligence travaillent tout autant leurs spectateurs.

La séance sera introduite par Cyril Bibas (CVB), en présence des réalisatrices (sous réserve )

  • Karaoké domestique

    (Karaoké Domestique)
    Inès Rabadan, Belgique, 2013
    Dans toutes les maisons, quelqu’un doit ranger, nettoyer, lessiver. Mais qui ? La réalisatrice se fait ici personnage et met en jeu nos représentations des patronnes et des employées. Un documentaire déstabilisant. Un film réalisé en coproduction (...)
  • I comme Iran

    Sanaz Azari, Belgique, 2014
    Bruxelles, dans le huis clos d’une salle de classe. À partir d’un manuel datant de la révolution islamique, la réalisatrice apprend à lire et écrire le persan, sa langue maternelle. Progressivement le didactisme des leçons est détourné en un collage (...)
18 avril 2017, 21h00

Films d’école de réalisateurs ayant depuis fait un beau bout de chemin, les courts métrages de cette séance posent un regard décalé et tout à fait personnel sur une étrange Belgique : des regards subversifs d’Olivier Smolders - Neuvaine - et de Rémy Belvaux - Génération Raymond - aux mondes musicaux dystopiques de Trombone en coulisses et de Coda, ces films explosent les codes et dépeignent un miroir quelque peu cassé de notre réalité, avec un humour noir certain.

La séance sera introduite par un représentant de l’atelier de production de l’INSAS, en présence des réalisateurs (sous réserve).

  • Neuvaine

    Olivier Smolders, Belgique, 1983
    Un écrivain se retire dans le collège de son adolescence afin de retrouver son imaginaire perdu. Le premier film d’Olivier Smolders dévoile la genèse d’un cinéma et d’un regard subversif sur le monde. Un film de fin d’étude réalisé à (...)
  • Trombone en coulisses

    Hubert Toint, Belgique, 1988
    Pour faire partie de la troupe royale des trombones du royaume, les musiciens sont prêts à tout. Une plongée loufoque dans un univers dystopique, emprunt d’humour noir et de musique. Un film de fiction réalisé au sein de l’atelier AJC. Lire (...)
  • Coda

    Ewa Brykalska, Belgique, 2012
    Bruxelles demain (?) : un Conservatoire de musique abandonné au milieu d’un quartier défiguré, réduit à l’état de champ de bataille. Néanmoins, au milieu de cette ambiance apocalyptique, deux femmes trouvent encore à partager des moments de grâce (...)
  • Génération Raymond

    Rémy Belvaux, Belgique, 1990
    Une équipe de cinéma suit les faits et gestes d’un tueur décontracté… Le premier film de Rémy Belvaux arrive tout près de chez vous ! Un film (fiction) de fin d’étude réalisé à l’INSAS.
Projection : Mixte
25 avril 2017, 19h00

Court métrage de Danis Tanovic, qui fuit les bombardements de Sarajevo en venant terminer ses études de cinéma à Bruxelles, le film Dawn donne la parole à un réfugié bosniaque exilé en Belgique. Jasna Krajinovic, cinéaste d’origine slovène, également diplômée de l’Insas, nous emmène, elle, au Kosovo, aux côtés de Deux soeurs devenues démineuses pour échapper au chômage sévissant dans leur pays depuis la fin de la guerre. Des réalités qui semblent lointaines et que l’engagement des deux réalisateurs nous permettent de mieux appréhender.

La séance est accompagnée par la cinéaste Jasna Krajinovic et Julie Frères ( Dérives ).

  • Dawn

    Danis Tanović, Belgique, 1996
    Court métrage de Danis Tanovic, qui fuit les bombardements de Sarajevo en venant terminer ses études de cinéma à Bruxelles, le film Dawn donne la parole à un réfugié bosniaque exilé en Belgique. Un film réalisé au sein de l’atelier (...)
  • Deux soeurs

    Jasna Krajinovic, Belgique, 2005
    Violeta et Vyollca Dukay habitent au sud du Kosovo, près de la frontière avec l’Albanie. Confrontées à un chômage très important dans leur pays depuis la fin de la guerre, les deux soeurs sont devenues démineuses. Une réalité lointaine que l’engagement (...)
Projection : Mixte
25 avril 2017, 21h00

Gigi et Monica vivent en bande dans la Gare du Nord de Bucarest. Ils survivent plutôt, s’accommodent d’un quotidien fait d’insécurité, de marginalité, s’aiment et jouissent, avec l’insouciance de la jeunesse, de leur liberté. Monica apprend qu’elle attend un enfant et leur existence déjà si précaire est bouleversée. Précédé de Jonas, un mythe discrètement revisité en un court-métrage d’animation sensible et doux au toucher.

La séance est accompagnée par Benoît Dervaux et Julie Frères ( Dérives ).

  • Jonas

    Marie-Brune De Chassey, Belgique, 2013
    Jonas se réveille dans le ventre de la baleine. Un mythe discrètement revisité en un film d’animation sensible et doux au toucher. Un film de fin d’étude réalisé à la Cambre.
  • Gigi, Monica & Bianca

    Gigi (17ans) et Monica (15ans) vivent un amour au sein de leur bande à la gare du Nord de Bucarest. Gigi veut quitter l’anonymat de la rue. Il nous dit son désir : « Trouver un toit, fonder une famille, de cette famille se formera une autre famille, (...)
2 mai 2017, 19h00

Cette sélection composite et multicolore de 8 courts métrages oscille entre petits films collectifs, documentaires, fictions et docu-fictions. C’est le thème de l’enfance qui vient réconcilier les genres cinématographiques : enfants réalisateurs pour Leila, Hudud, Pourquoi je suis venu en Belgique et Tout seul ou témoins privilégiés des sociétés dans lesquelles ils évoluent (Butoyi, Micro dortoir, De longues vacances et Makenzy). Qu’ils soient enfants d’ici ou d’ailleurs, ce sont leurs regards lucides sur notre monde, et eux seuls, qui importent ici.

La séance sera introduite par Jean-Luc Slock ( Camera-etc ), en présence des réalisateurs ( sous réserve ).

  • Leila

    Atelier Camera-etc, Belgique, 2007
    Pour aider ses parents à nourrir ses frères et soeurs, Leila accepte de travailler : mais son patron la transforme en âne… Une fable animée sur le travail forcé réalisé par 16 enfants burkinabés. Un film réalisé au sein de l’atelier Camera-etc par un (...)
  • Butoyi

    Atelier Camera-etc, Belgique, 2013
    Butoyi est une élève brillante, mais n’a pas le temps d’aller à l’école. Contrairement à ses frères, elle doit rester à la maison et aider à sa maman dans ses tâches quotidiennes. Un film dessiné à la main par un collectif de jeunes femmes burundaises et (...)
  • Hudud

    Atelier Camera-etc, Belgique, 2008
    Des jeunes de Bethléem et du camp de réfugiés de Deisheh racontent leur quotidien dans les territoires palestiniens occupés : les cours à l’Université, les loisirs, les amis, mais aussi les couvre-feux, les arrestations arbitraires, les check points et (...)
  • Micro dortoir

    Lia Bertels, Belgique, 2009
    Des enfants racontent leurs rêves et l’animation de Lia Bertels s’amuse à les illustrer. Parce que « si on ne rêve pas, on ne peut pas dormir ». Un film de fin d’étude réalisé au sein de la Cambre. Lire la critique de sarah Pialeprat sur (...)
  • Pourquoi je suis venu en Belgique

    Atelier Zorobabel, Belgique, 2001
    Des enfants d’origine kosovar, marocaine, somalienne ou chilienne s’interrogent sur leur venue en Belgique. Un film collectif réalisé par douze enfants au sein de l’atelier Zorobabel.
  • Tout seul

    Dans une petite école de campagne, des enfants racontent leurs moments de solitude. Agréables, inquiétants ? Le dessin-animé accompagne les témoignages sensibles et enfantins. Un film réalisé au sein de l’atelier Zorobabel avec la participation de (...)
  • De longues vacances

    Caroline Nugues, Belgique, 2015
    Cet été, Louise découvre les joies du camping au bord de la mer avec ses parents. Mais les vacances se prolongent plus que d’accoutumée… Une évocation poétique de la précarité. Un film réalisé au sein de l’atelier (...)
  • Makenzy

    Paloma Sermon-Daï, Belgique, 2016
    Lors d’une journée de printemps, le petit Makenzy erre dans son village. Ce jour semble terne jusqu’à ce qu’il passe l’après-midi avec sa soeur. Malheureusement ce moment de bonheur ne sera qu’éphémère. Un film de fin d’étude réalisé dans le cadre de (...)
2 mai 2017, 21h00

Les créations collectives sont l’une des spécificités des ateliers de production de la Fédération Wallonie Bruxelles : faire travailler ensemble des amateurs et des professionnels, des enfants et des adultes pour donner naissance à des oeuvres collectives et inédites. A travers les 6 courts métrages présentés ici, cette séance inspirante souligne la force et l’inventivité des ateliers, qui permettent à la fois de développer un imaginaire et de parler de nos réalités.

La séance sera introduite par Jean-Luc Slock ( Camera-etc ), en présence des réalisateurs ( sous réserve ).

  • L’usine de Bazouqa

    Eric Dederen, Belgique, 1988
    Spiderman et ses comparses décident de provoquer un accident truqué afin de détourner l’attention des cambriolages qu’ils commettent. Les enfants réalisateurs revisitent une histoire bien connue et ils s’en donnent à coeur joie. Un film réalisé au (...)
  • Le monde des Spoks

    Patrick Van Antwerpen, Belgique, 1988
    Un film qui nous fait découvrir les moments durant lesquels un groupe d’enfants s’expriment à travers le film d’animation qu’ils réalisent. Ils modèlent des personnages qu’ils animent image par image, comme si ceux-ci étaient le prolongement d’eux-mêmes, (...)
  • Kin

    Atelier Zorobabel, Belgique, 2011
    Chaque jour dans les rues de Kinshasa, chacun se débrouille comme il peut pour avancer. Un film d’animation profondément documentaire qui évoque avec réalisme le quotidien de la capitale Congolaise. Un film réalisé au sein de l’atelier Zorobabel. (...)
  • La débrouille

    Atelier Zorobabel, Belgique, 2010
    Témoignages animés autour de la précarité et des différentes manières de s’en débrouiller. Un film collectif, réalisé au sein de l’atelier Zorobabel.
  • Les verdines d’Antoine

    Atelier Camera-etc, Belgique, 2015
    Antoine Wiertz, fils de gitan, est passionné par les roulottes. Portrait animé d’un passeur des traditions de la Communauté des Gens du voyage. Un film collectif, réalisé au sein de l’atelier Camera-etc, en coproduction avec le (...)
  • Des cailloux plein les poches

    Ce film d’animation, qui réunit 8 témoignages, est réalisé par plusieurs auteurs autour d’un thème commun, le « souvenir enfoui », en référence à la petite madeleine de Proust. Un film réalisé en coproduction avec les ateliers Camera-etc et Zorobabel par (...)
Projection : Mixte
9 mai 2017, 19h00

La chasse, c’est moins le fait de tirer qu’un véritable processus : un jeu de patience, de stratégie, d’instinct, de regard et d’adrénaline. A l’image de Jagdfieber, premier film de la sélection, les cinq cinéastes de cette séance, autant documentaires (Les cheveux coupés et Le barbier) que de fictions (Welkom et Putain lapin), prennent le temps de trouver la juste distance avec leurs personnages et les situations proposées, comme pour mettre en lumière chacun à leur manière tout l’absurde de nos comportements.

La séance sera introduite par un représentant de l’Atelier de Jeunes Cinéastes AJC !, en présence des réalisateurs ( sous réserve ).

  • Jagdfieber

    Alessandro Comodin, Belgique, 2008
    La chasse, c’est moins le fait de tirer qu’un véritable processus : un jeu de patience, de stratégie, d’instinct et d’adrénaline. La fièvre de la chasse est un état où l’on redevient aussi animal que la bête que l’on cherche. Un film de fin d’étude réalisé (...)
  • Putain lapin

    Guérin Van de Vorst, Belgique, 2010
    Une putain rencontre un lapin - enfin, un ours - en chagrin d’amour. Une vision surréaliste de l’amour et de la ville. Une fiction réalisée au sein de l’AJC.
  • Le barbier

    Julie Descarpentries, Belgique, 2008
    Roger, 80 ans, est coiffeur bénévole dans un centre d’accueil pour itinérants (sans abris au Quebec) à Montréal. Dans cette bulle coupée du monde qu’est le salon de coiffure s’installe une relation particulière entre Roger et ses clients. Un film de fin (...)
  • Welkom

    Pablo Muñoz Gomez, Belgique, 2013
    Jorge aime son père. Son père aime une poule. Jorge n’aime pas la poule, il veut la mettre dans un poulailler. Avant de construire ce poulailler, Jorge doit se procurer un permis de bâtir. Mais difficile d’obtenir quelque chose quand son jardin est (...)
  • Les cheveux coupés

    Emmanuel Marre, Belgique, 2010
    D’un intérieur bruxellois à l’autre, des enfants se font couper les cheveux par leurs parents. Entre le travail du parent qui doit « réussir » la tête de son enfant et l’abandon ou là résistance de l’enfant condamné à l’immobilité, naît un lien (...)
Projection : Mixte
9 mai 2017, 21h00

Un couple de paysans témoigne de sa vie au rythme des saisons agricoles, filmés avec une infinie douceur par une jeune cinéaste dans A nos terres. Dans le documentaire d’animation Spada, bandit d’honneur, un grand père raconte à sa petite fille l’histoire fantastique d’un bandit corse, qu’il a bien connu. Mythe ou réalité ? Avec Qui voit ses veines…, la réalisatrice s’emploie à revenir avec ses grands parents sur une histoire familiale douloureuse sur fond de seconde guerre mondiale. Trois films de paroles, délicats, pour une soirée qui questionne les mémoires rurales et la transmission générationnelle.

La séance sera accompagnée notamment par Marie Géhin et Olivier Burlet (atelier Gsara).

  • A nos terres

    Aude Verbiguié, Belgique, 2012
    Nicole et Auguste, un couple d’éleveurs, vivent difficilement, seuls en Ariège. 
La question se pose de la fin d’un métier, de ce corps paysan menacé. Un film documentaire de fin d’étude réalisé à l’IAD. Lire la critique de Thierry Zamparutti sur (...)
  • Spada bandit d’honneur

    Pauline Nicoli, Belgique, 2014
    Un vieil homme nous raconte ses origines corses, et comment le destin de son père a croisé celui de Spada, mythique bandit d’honneur des années 30, lorsqu’il a procédé à son arrestation. Un film (documentaire d’animation) de fin d’étude réalisé à la (...)
  • Qui voit ses veines...

    Marie Géhin, Belgique, 2011
    « L’été dernier, je suis retournée chez mes grands-parents avec l’idée de faire un film sur notre histoire familiale : la mort violente du frère de mon grand-père lors de la seconde guerre mondiale. Durant cette quête du passé, je suis sans cesse ramenée (...)
16 mai 2017, 19h00

Les réalisateurs de La tombe, Ergon et Le fils du blanc conjuguent un même intérêt pour l’histoire sociale belge et la sidérurgie wallonne, dans des films aux styles différents (documentaire, film expérimental et fiction). Y.U.L est un essai fantasque dans lequel un agent d’entretien tombe amoureux d’une résidente de l’hôtel qui l’emploie, et Dame, poussières, un témoignage oral de Latifa, femme de ménage à Bruxelles, mis en dessin avec grâce. Contrôle, tourné à Liège Airport, donne à découvrir le plus important aéroport cargo de Belgique. Des regards soutenus posés sur des réalités sociales, mais surtout sur l’humanité de travailleurs filmés par une caméra engagée.

La séance sera introduite par Michel Wouters (Directeur de l’IAD) et Sébastien Fevry (professeur en études culturelles), en présence de plusieurs des réalisateurs.

  • La tombe

    Louis Volont, Belgique, 1999
    « La Tombe » est un cimetière improvisé dédié à la mémoire des ouvriers de la sidérurgie wallonne disparus au travail. Louis Volont, étudiant cinéaste, mène l’enquête et part à la recherche de ce lieu emblématique. Un film de fin d’étude réalisé au sein de (...)
  • Ergon

    Joël Godfroid, Belgique, 2003
    Film expérimental sur la sidérurgie dans le bassin de Charleroi en Belgique. De la matière aux machines, l’homme n’est qu’une particule dans l’immensité de cette industrie. Un film de fin d’étude réalisé au sein de l’IAD. Lire la critique de Thierry (...)
  • Le fils du blanc

    Maxence Robert, Belgique, 2012
    Richard trouve un petit boulot dans une usine sur le bord de Sambre. Il vient en réalité d’arriver dans le secteur dont son père, Michel, est le contremaitre. Dans l’apprentissage du monde adulte que l’adolescent entreprend, résonne le cri d’amour (...)
  • Y.U.L.

    Comes Chahbazian, Belgique, 2002
    Un homme de ménage tombe amoureux d’une résidente de l’hôtel dans lequel il travaille et se laisse doucement aller à ses fantasmes. Un film réalisé dans le cadre de l’AJC.
  • Dame, poussières

    Catherine Legoff, Belgique, 2010
    Une femme de ménage maghrébine évoque le souvenir et la force d’une vieille dame tchèque dont elle s’occupait. Un témoignage simple et touchant, soulignée par l’animation sensible de Catherine Le Goff. Une animation documentaire réalisée au sein de (...)
  • Contrôle

    Julien Dewarichet, Paul Nouhet, Belgique, 2015
    Liège Airport est le plus important aéroport cargo de Belgique. Chaque nuit, une cinquantaine d’avions remplis de marchandises y font halte. Et face à ce mouvement gigantesque et incessant, l’homme semble tout petit. Un film de fin d’étude réalisé (...)
Projection : Mixte
16 mai 2017, 21h00

Film à couper le souffle sur les métiers de la découpe, La main au dessus du niveau du coeur nous fait pénétrer un maillon essentiel de notre chaîne alimentaire, l’abattoir industriel, créé pour éloigner de nos pensées la mort de l’animal. Des images puissantes, certes difficiles, au service d’une réflexion de fond sur nos modes de consommation. Précédé par Rêves de brume, un court métrage d’animation qui insuffle de la magie poétique dans la grisaille de nos villes.

La séance sera introduite par le Pierre Duculot (Directeur du WIP - Wallonie Images Production)

  • Rêves de brume

    Sophie Racine, Belgique, 2013
    D’une ville sombre à une chaine de montagne qui prend couleur, Rêves de Brume nous entraine dans une balade visuelle et musicale au fil des saisons. Un film de fin d’étude réalisé à la Cambre.
  • La main au dessus du niveau du coeur

    Gaëlle Komàr, Belgique, 2011
    Film à couper le souffle sur les métiers de la découpe, La main au dessus du niveau du coeur nous fait pénétrer un maillon essentiel de notre chaîne alimentaire, l’abattoir industriel, créé pour éloigner de nos pensées la mort de l’animal. Des images (...)
23 mai 2017, 19h00

Dans Tar, le jeune réalisateur joue avec l’imaginaire et les œuvres de l’artiste espagnol Fernando Arrabal. Document F098 nous présente la fascinante et tout juste retrouvée bobine de rushes tournée par un reporter de guerre russe durant l’automne-hiver 1942. Stolen Art revient sur l’histoire de Pavel Novak, qui organisa en 1978 à New York une exposition d’œuvres d’art volées (ou particulièrement bien reproduites). Ce faisant, le documentaire se penche sur la question de la valeur de l’art et de sa monétisation. Si rien n’est vrai, tout est-il pour autant permis ?

La séance sera introduite par Javier Packer-Comyn (CBA), en présence des réalisateurs ( sous réserve ).

  • Tar

    Kenny Ozier-Lafontaine, Belgique, 2015
    C’est avec ses yeux d’enfants que Fernando Arrabal se tient là, devant la porte, et nous tend la main. Comme pour nous inviter à jouer. « TAR », c’est ce mouvement, cette intuition de l’existence d’un territoire inconnu, peuplé de fantasmes, qui a amené (...)
  • Document FO98

    Atelier AJC !, Belgique, 2000
    « Le document que nous vous montrons ici est la dernière bobine tournée par le soldat (…) parti en octobre 1942, dans la région d’Aksaï, entre le Don et la Volga, en éclaireur solitaire ». Qu’est-il arrivé à ce « paysagiste de guerre » ? Document F098 (...)
  • Stolen art. Une collection particulière

    Simon Backès, Belgique, 2008
    En retraçant l’histoire de Pavel Novak, un artiste fictif qui organisa en 1978 une exposition d’art volé à New York, ce documentaire se penche sur la question de la valeur de l’art, de sa monétisation et de sa vraie nature. Quand rien n’est vrai, tout (...)
23 mai 2017, 21h00

Les cinéastes Effi Weiss et Amir Borenstein descendent le Jourdain, à la rencontre de ceux qu’ils croisent le long des berges. Deux fois le même fleuve est à la fois une traversée géopolitique de paysages mythiques et contemporains, une plongée dans l’imaginaire d’une région du monde et un voyage personnel, car les auteurs, israéliens émigrés à Bruxelles, mesurent avec ce film la distance qu’ils ont pris avec leur terre natale. Les enfants réalisateurs de La forêt tropicale, nous proposent aussi un voyage extraordinaire, dans lequel nos appartements deviennent des lieux d’exotisme absolu. Trois minutes de pur bonheur.

La séance sera introduite par l’atelier du CVB, en présence des réalisateurs ( sous réserve ).

  • La forêt tropicale

    Atelier Zorobabel, Belgique, 1996
    Dans l’appartement vide, l’imaginaire de l’enfant est roi. Cette réécriture maligne de documentaire animalier esquisse le regard de 6 enfants sur le monde et la manière avec laquelle ils se l’approprient.
  • Deux fois le même fleuve

    Effi Weiss, Amir Borenstein, Belgique, 2013
    En descendant le fleuve Jourdain, les deux réalisateurs israéliens émigrés en Belgique mesurent la distance qu’ils ont pris avec leur terre natale., Voir l’interview de Sylvain Gressier sur (...)