Inscrivez-vous à notre newsletter :

Récits d’exil 2 mars 2016 - 10 avril 2016

Plus d’un million de personnes, fuyant la guerre et la famine, sont arrivées en Europe par la seule voie de la mer en 2015. Derrière un chiffre, froid, distant, incomplet, des situations humaines dramatiques mais aussi des femmes et des hommes porteurs d’espoir. Cette ambivalence est au cœur des films de la programmation « Récits d’exil ».

Leurs cinéastes, d’origine et de génération différentes, ayant vécu l’exil ou interrogés par cette expérience, mettent en avant les histoires individuelles de celles et ceux qu’on a tendance à regrouper de façon collective sous le vocable « migrants ».

Les propositions ici présentées sont des manières de filmer libres, inventives et politiques pour dire l’autre et interroger sans cesse notre rapport au monde. Ces réflexions multiples et la difficulté de filmer une actualité complexe qui nous est si lointaine et si proche à la fois seront également mises en perspective lors d’une masterclass animée par Abel Carlier le mercredi 2 mars 2016, en ouverture du cycle.

Partenaires

Un cycle organisé en partenariat avec le Goethe-Institut Brüssel

<p><a href="http://www.goethe.de/ins/be/bru/frindex.htm" class='spip_url spip_out auto' rel='nofollow external'>http://www.goethe.de/ins/be/bru/frindex.htm</a></p>

et la Cinematek

<p><a href="http://www.cinematek.be/" class='spip_url spip_out auto' rel='nofollow external'>www.cinematek.be</a></p>

2 mars 2016, 18h00

Masterclass : Le récit d’exil, et la caméra comme entité narrative d’une quête

Par Abel Carlier, professeur honoraire invité de l’Ihecs en "Principes et langages du cinéma", formateur et analyste des représentations médiatiques.

La masterclass d’introduction de "Récits d’exil" posera en filigrane la question très politique, au sens noble du terme, du destinataire et du rôle social du cinéma. Outre le "soi-même" de l’auteur (les films comme les textes littéraires sont aussi écrits pour soi), quelles sont les "postures de réception" que telle ou telle forme de narration et de traitement de l’image, de l’univers sonore et de la voix induites chez le spectateur ? Ces films programmés, ces regards extérieurs ou intérieurs sur et de l’exil, en parlant essentiellement du "je étrange" à partir du "il" ou du "eux" étranger(s), contribuent-ils à modifier le regard porté par les visionneurs, trop souvent formaté par la Doxa et l’univers médiatique, sur les destins individuels et collectifs des migrants, des exilés, des demandeurs d’asile ?

Cette leçon de cinéma se tiendra de 18h à 20h, et sera suivie de la projection du film Campo Santo (à 20h30), en présence de sa réalisatrice Sonia Pastecchia.

2 mars 2016, 20h30

Projection en présence de Sonia Pastecchia.

  • Campo Santo

    Sonia Pastecchia, Belgique, Italie, 2007
    Dans les années 50, les parents de la réalisatrice ont quitté leur village natal d’Esanatoglia dans les Marches en Italie pour partir travailler en Belgique. Depuis une trentaine d’’années, de nouveaux migrants venus d’Europe et du monde entier (...)
3 mars 2016, 17h30
  • En attendant le bonheur

    (Heremakono)
    Abderrahmane Sissako, France, Mauritanie, 2002
    Dans un village de pêcheurs en Mauritanie, un jeune Africain rêve d’un départ vers l’Europe, entre ennui du quotidien et vie répétitive de l’attente. Un film drôle et contemplatif, gorgé d’humanité simple, d’instants fugaces, de mélancolie du (...)
18 mars 2016, 19h30
  • De l’autre côté

    Chantal Akerman, Belgique, 2002
    Le Service d’Immigration américain est parvenu à stopper le flux des immigrés clandestins en provenance du Mexique vers la Californie et à le déporter vers les régions désertiques et montagneuses de l’Arizona. Là, ils ont cru que les difficultés, les (...)
19 mars 2016, 19h30

Projection en présence de Kaveh Bakhtiari.

  • L’Escale

    Kaveh Bakhtiari, France, Suisse, 2013
    Un réalisateur filme des migrants iraniens en transit à Athènes. “Des migrants” ? Plus précisément son cousin, ses amis. C’est là toute la force du film : faire vivre de l’intérieur une situation dramatique qui est aussi une aventure humaine. Si loin, si (...)
24 mars 2016, 19h30

Projection en présence de Paola Stévenne.

  • Terres de confusion

    Paola Stévenne, Belgique, 2002
    Terres de confusion est une traversée de l’Europe qui commence à Ceuta, enclave espagnole sur les côtes marocaines et s’achève à Berlin. De visage en visage, le film nous entraîne du Sud vers le Nord. Par sa présence, son expérience de vie partagée, (...)
28 mars 2016, 20h30

Projection en présence de Mary Jimenez et Bénédicte Liénard

  • Héros sans visage

    Mary Jimenez, Belgique, 2012
    Bruxelles, église du Béguinage :des migrants organisent une grève de la faim pour obtenir des papiers. Un homme meurt. Tunisie, frontière libyenne, camp de Choucha, des réfugiés racontent l’horreur de la traversée du Sahara vers le Nord. Liège, dans un (...)
30 mars 2016, 18h00
  • Qu’ils reposent en révolte

    Sylvain George, France, 2010
    Composé de fragments qui se renvoient et se télescopent les uns avec les autres, créant ainsi de multiples jeux de temporalité et de spatialité, ce film montre sur une durée de trois ans (2007-2010), les conditions de vie des personnes migrantes à (...)
1er avril 2016, 19h30
  • Lost, Lost, Lost

    Jonas Mekas, Etats-Unis, 1976
    Une semaine après son arrivée en Amérique, Jonas Mekas achète la Bolex, caméra 16mm, et regarde ce quartier de Brooklyn, Williamsburg, où il a débarqué avec son frère Adolfas. "Ces gens-là attendent, comme en transit. Ils ne comprennent pas encore qu’ils (...)
3 avril 2016, 21h30
  • Jaurès

    Vincent Dieutre, France, 2012
    Des réfugiés, de jeunes hommes d’Afghanistan, campent le long d’un canal dans le 19ème arrondissement de Paris, près de la station de métro Jaurès. Le hasard veut que l’appartement de Simon, l’amant de Vincent Dieutre, donne sur ce camp improvisé. Vincent (...)
5 avril 2016, 18h00
  • Récits d’Ellis Island

    Georges Perec, Robert Bober, France, 1980
    À moins d’un kilomètre de la statue de la Liberté, l’île d’Ellis Island, à l’embouchure de l’Hudson à New York, a été entre 1892 et 1954, l’unique voie d’accès aux Etats-Unis pour des millions d’immigrants qui rêvaient de jours meilleurs. Avec Récits d’Ellis (...)
7 avril 2016, 21h30

Trois réalisatrices à l’écoute des rêves, et ombre des espoirs perdus.

  • Border

    Laura Waddington, France, 2004
    Bande son de Simon Fisher-Turner. Laura Waddington n’a peur de rien, et sa caméra numérique porte tout son courage autant que sa conscience. En bandoulière. Révélation du dernier festival de Locarno, Border est la trace de sept mois passés (...)
  • Pour vivre j’ai laissé

    Bénédicte Liénard, Belgique, 2004
    Septembre 2004 des cinéastes rencontrent un groupe de demandeurs d’asile. Ceux-ci s’emparent de la caméra et filment eux mêmes leur intimité dans ce centre pour réfugiés.
  • Atlantiques

    Mati Diop, France, Sénégal, 2009
    À la nuit tombée, autour d’un feu, Serigne, jeune dakarois d’une vingtaine d’années, raconte à ses deux amis son odyssée clandestine. Un film, réalisé par Mati Diop au cours de ses études au Fresnoy, en forme de récit épique de la traversée de l’Atlantique (...)
8 avril 2016, 21h30
  • La Forteresse

    Fernand Melgar, Suisse, 2008
    Le film, tourné dans un centre d’accueil de demandeurs d’asile de la petite ville vaudoise de Vallorbe, en Suisse, s’intéresse au sort de ces femmes et de ces hommes qui acceptent le doute et des conditions de vie difficiles, plein d’espoir, et en (...)
9 avril 2016, 19h30

Projection en présence de Miriam Fassbender

  • Fremd

    Miriam Fassbender, Allemagne, 2012
    Sur le chemin qui le mène du sud du Sahara à L’Europe, Mohammed est hanté par trois questions : « Vais-je me noyer » ? « Vais-je réussir à passer de l’autre côté ? », « Serai-je renvoyé une fois sur place ? » La jeune cinéaste Miriam Fassbender suit le (...)
23 juin 2016, 19h30

Projection en présence de Philip Scheffner

  • Révision

    Philip Scheffner , Allemagne, 2012
    Le 29 juin 1992, les corps de deux hommes sont retrouvés dans un champ, près de la frontière germano-polonaise. Les victimes sont des hommes roumains venus travailler en Allemagne, abattus par des chasseurs alors qu’ils tentaient de franchir la (...)